Toulouse: une femme atteinte d'un cancer obligée de retirer son couvre-chef par un vigile des Galeries Lafayette

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Toulouse: une femme atteinte d'un cancer obligée de retirer son couvre-chef par un vigile des Galeries Lafayette

Publié le 09/02/2017 à 11:39 - Mise à jour à 12:11
©Stephane de Sakutin/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Polémique aux Galeries Lafayette de Toulouse. Un vigile a refusé l'entrée du magasin à une femme atteinte d'un cancer au motif que celle-ci portait un couvre-chef et qu'elle ne souhaitait pas rester tête nue. Sa fille a exprimé sa colère sur Facebook.

"Maman tu voulais juste faire plaisir, en t'achetant une broche pour mettre à ton bonnet pour avoir l'air plus joyeuse, mais au lieu de ça tu es partie de cette enseigne effondré, humilié. Le petit chien de garde de la galerie Lafayette n'a pas souhaité que tu rentres car tu avais un couvre chef". C'est avec ces mots que la fille d'une femme qui s'est vue refuser l'accès aux Galeries Lafayette de Toulouse a partagé sa colère sur les réseaux sociaux.

Motif du refus notifié par un vigile de l'établissement: le porte d'un couvre chef pour couvrir la perte des cheveux d'une femme atteinte d'un cancer et soignée par chimiothérapie. Celle-ci s'est présentée devant le vigile qui lui a demandé de retirer son couvre-chef dans le cadre du plan Vigipirate. Elle s'est exécutée. Pour des raisons évidentes, elle a alors décidé de recouvrir son crâne en espérant que la personne en charge de la sécurité soit complaisante. En vain. 

Le message, partagé plus de 22.000 fois, est vite devenu viral sur les réseaux sociaux et le compte Facebook des Galeries Lafayette de Toulouse a été submergé de condamnations exprimant la "honte" face à la "stupidité" du geste. 

Face à la bronca provoqué par l'incident, la direction des Galeries Lafayette a décidé d’entrer en contact avec la victime. Le directeur des Galeries de Toulouse, Didier Drahon, a présenté "ses excuses" et a "condamné des agissements choquants qui ne reflètent en rien les valeurs" de l’enseigne. Le responsable a indiqué qu’il allait rencontrer la cliente et sa fille, à une date qu’il n’a pas voulu préciser.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Face à la bronca provoqué par l'incident, la direction des Galeries Lafayette a décidé d’entrer en contact avec la victime.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-