Tours: deux patientes mortes en attendant aux urgences en quelques jours

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 18 mai 2018 - 11:17
Image
Un service d'urgences dans un hôpital de Bastia, le 21 novembre 2017
Crédits
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP/Archives
Les patientes sont décédées sur un brancard en attendant des soins.
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP/Archives
Deux patientes âgées sont mortes sur des brancards dans la salle d'attente des urgences en quelques semaines, au CHRU de Tours. Une nouvelle illustration d'hôpitaux saturés, en pleine polémique sur la mort de Naomi Musenga.

Ce sont deux nouveaux cas de patients morts alors qu'ils étaient en attente de soins dont les pouvoirs publics se seraient bien passés en plein scandale sur le Samu et la mort de Naomi Musenga.

Voir aussi: Mort de Naomi Musenga - l'opératrice du Samu refuse de "porter le chapeau"

Alors que de précédents drames avaient mis en lumière les difficultés des hôpitaux publics, deux patients sont décédés en trois semaines (le 12 avril et le 3 mai) dans la salle d'attente des urgences du CHRU Trousseau, à Tours. Dans les deux cas, il s'agissait de femmes de 90 ans souffrant de pathologies graves et en fin de vie, rapporte France Bleu.

Si leur santé était précaire, pour la direction de l'hôpital cela n'excuse en rien qu'elles aient ainsi succombé dans de telles conditions, sans même un accompagnement: "Les équipes sont meurtries, choquées, blessées par ces décès indignes", a fait savoir le professeur Dequin, chef des urgences. La patiente "a été écoutée juste après l'admission au bout d'un quart d'heure, mais qu'il y avait des cas plus graves à gérer", explique-t-il.

La salle d'attente en question est censée pouvoir accueillir six brancards, mais il y en avait plus du double le soir du second décès. Suite à ces drames et pour dénoncer l'engorgement des urgences, plusieurs syndicats ont déposé un préavis de grève pour le jeudi 24.

Lire aussi: Hôpitaux "sous tension" et décès aux urgences - le système de santé à l'agonie?

Déjà en mars dernier, une sexagénaire était décédée à Rennes dans des conditions analogues, la suite d'une série noire qui a frappé un milieu hospitalier à bout de souffle. Selon l'association Samu-Urgences de France, "plus de 15.000 patients avaient passé la nuit sur un brancard des urgences" entre janvier et mars 2018 "faute de lit pour les hospitaliser dans un service".

Pour de nombreux professionnels de santé, la situation serait symptomatique d'un modèle de santé arrivé au bout de ses capacités. Report sur les urgences faute de médecins de ville, vieillissement de la population, déficit accru et donc moyens limités. Un état de fait auquel l'hôpital français ne se serait pas encore adapté.

À LIRE AUSSI

Image
Une récente série de décès dans plusieurs hôpitaux jette une lumière crue sur la saturation des urgences et ses conséquences parfois dramatiques, alors que certains services sont menacés de fermeture
Série noire à l'hôpital: les urgences à l'agonie
Une récente série de décès dans plusieurs hôpitaux jette une lumière crue sur la saturation des urgences et ses conséquences parfois dramatiques, alors que certains se...
17 mars 2018 - 09:22
Image
L'opératrice du Samu, qui avait raillé en décembre au téléphone une jeune femme décédée quelques heures plus tard à l'hôpital de Strasbourg, a été suspendue le 9 mai 2018 "à titre conservatoire"
Mort de Naomi Musenga: le Samu menacé par des appels malveillants
Depuis la médiatisation de la mort de Naomi Musenga, le personnel du Samu de Strasbourg, mais aussi d'autres villes, est la cible de menaces et d'appels malveillant. L...
11 mai 2018 - 17:09
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don