Trafic de drogue: au CHU de Nantes, les dealers vendent directement aux patients

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Trafic de drogue: au CHU de Nantes, les dealers vendent directement aux patients

Publié le 29/09/2017 à 07:25 - Mise à jour à 07:27
©Gelebart/20Minutes/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La CFDT du CHU de Nantes a dénoncé mercredi les trafics de drogue qui ont régulièrement lieu au sein de l'hôpital. Le syndicat demande notamment une présence policière renforcée afin de protéger le personnel et les patients.

A Nantes, les dealers se sont invités jusqu'à l'intérieur de l'hôpital Saint-Jacques et le personnel craint pour sa sécurité comme pour celle de ses patients. La CFDT dénonce en effet l'existence d'un trafic de drogue au sein même du CHU, où des hommes viendraient vendre des produits stupéfiants directement aux patients. Un commerce qui concernerait notamment les personnes souffrant d'addiction ou en soins psychiatriques.

La situation durerait depuis longtemps selon le syndicat, propos confirmés par la direction de l'hôpital. "Cela fait des années que cela dure et tout le monde se renvoie la balle. Cela commence à devenir très inquiétant. Ce n'est pas le rôle du personnel de faire la police", s'inquiète Dominique Delahay, membre de la CFDT au CHU de Nantes, cité par France Bleu.

"La sécurisation du site de l'hôpital Saint-Jacques représente un enjeu important pour le CHU de Nantes", juge la direction qui explique que son service de sécurité et les forces de l'ordre organisent des patrouilles et que certains patients au comportement inadapté ont été interdits de séjour au sein de l'établissement.

La CFDT réclame de son côté la sécurisation ou la fermeture des accès secondaires afin que les personnes extérieures à l'hôpital soient obligées de passer par l'entrée principale. Elle demande également une présence policière accrue et une formation du personnel à gérer les situations violentes. Un Comité d'hygiène et de sécurité des conditions de travail (CHSCT) s'est tenu dans ce sens mercredi 27. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les dealers cibleraient notamment les patients souffrant d'addiction ou de problèmes psychiatriques (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-