Triple infanticide à Mérignac: la mère de famille a laissé une lettre

Triple infanticide à Mérignac: la mère de famille a laissé une lettre

Publié le 05/04/2018 à 14:40 - Mise à jour à 15:09
© LOIC VENANCE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un infirmière du CHU de Bordeaux qui a tué ses deux garçons de 5 et 9 ans et sa fille de 8 ans a exprimé, dans un courrier d'adieu, son "mal-être général".

L'enquête progresse dans l'affaire du triple infanticide survenu mercredi 4 dans l'après-midi à Mérignac en Gironde. Une mère de famille de 42 ans y a tué ses trois enfants avant de tenter, sans succès, de mettre fin à ses jours.

C'est le père de famille, sapeur-pompier de son état, qui a fait la macabre découverte vers 15h rapporte France Bleu Gironde. Il a d'abord retrouvé son épouse inanimée, en arrêt cardio-respiratoire. Il a ensuite découvert les corps sans vie de leurs trois enfants, deux garçons de 5 et 9 ans et une fillette âgée de 8 ans. Le père a immédiatement prévenu les pompiers qui sont rapidement arrivés sur les lieux du drame. Ces derniers n'ont rien pu faire pour réanimer les enfants et ont pris en charge la mère dans un état critique.

Lire aussi - Gironde: la maman tue ses trois enfants et tente de se suicider

Selon Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République de Bordeaux, la maman de 42 ans infirmière au bloc opératoire à l’hôpital Pellegrin a injecté à chacun de ses enfants un anesthésiant très puissant capable de provoquer une crise cardiaque. Ce produit n’est pas commercialisé en pharmacie. Seuls les professionnels de santé sont à même de pouvoir s'en procurer.

Toujours selon la magistrate, la mère de famille infanticide a laissé une lettre dans laquelle elle explique son "mal-être" et son "ras-le-bol général" pour justifier son terrible geste, selon France 3 Nouvelle Aquitaine. Le parquet a précisé que les corps des petites victimes seront autopsiés "dans la journée" de ce jeudi. Des analyses toxicologiques vont être également pratiquées.

Hospitalisée dans un état grave, la mère de famille se trouve toujours ce jeudi entre la vie et la mort. Le père de famille, en état de choc, est également hospitalisé. Une cellule psychologique a été mise en place dans l'école où étaient scolarisés les enfants.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La mère de famille infanticide a exprimé son mal-être général dans un courrier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-