Trois gendarmes tués par un forcené dans le Puy-de-Dôme

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Trois gendarmes tués par un forcené dans le Puy-de-Dôme

Publié le 23/12/2020 à 10:02 - Mise à jour à 10:03
© Thomas SAMSON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
Les militaires venaient en aide à une femme victime de violences conjugales, dans la nuit de mardi à mercredi, quand son compagnon a ouvert le feu à plusieurs reprises.
 
Répondant à l’appel de détresse de l'amie d’une femme réfugiée sur le toit de sa maison pour échapper aux coups de son conjoint dans un hameau isolé du village de Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, les gendarmes de la brigade d’Ambert se rendent sur les lieux. Il est minuit passé.
 
Deux gendarmes sont rapidement visés par des tirs, et l’un d’entre eux, le brigadier Arno Mavel, 21 ans, est mortellement touché. Son collègue est blessé à la cuisse.
 
Appelés en renfort, des gendarmes du PSIG d’Ambert portent secours à la femme. Le forcené est retranché dans son habitation isolée de ce village de 157 habitants, à laquelle il met le feu.
 
Aux abords de la maison en flammes, les forces de l’ordre essuient de nouveaux coups de feu. C’est à ce moment que deux autres gendarmes trouvent la mort dans l’exercice de leurs fonctions. 
 
Le lieutenant Cyrille Morel et l’adjudant Rémi Dupuis étaient âgés de 45 ans et 37 ans. 
 
Le forcené retrouvé mort 
 
L’homme d’une cinquantaine d’années est lourdement armé, la sécurisation des lieux pour permettre l’intervention des secours difficile à mettre en place. 
 
Les circonstances du drame sont encore floues, mais dans la nuit une chasse à l’homme s’engage dans cette zone isolée du Puy-de-Dôme. Des équipes du GIGN de Dijon et de Versailles sont arrivées sur les lieux.
 
Mercredi matin, le ministre de l’Intérieur, qui se rend sur les lieux, annonce que l’auteur des tirs a été retrouvé mort dans sa voiture. 
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le drame s'est déroulé dans le village de Saint-Just, à 15 km d'Ambert

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-