Troyes: un proche de la famille Mostefaï condamné pour apologie du terrorisme

Troyes: un proche de la famille Mostefaï condamné pour apologie du terrorisme

Publié le 11/12/2015 à 20:14 - Mise à jour à 20:22
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le parquet de Troyes a condamné ce vendredi un proche de la famille d'Omar Ismaïl Mostefaï, l'un des assaillants du Bataclan, à trois ans et demi de prison ferme pour apologie du terrorisme.

Un habitant de Romilly-sur-Seine (Aube), considéré comme proche de la famille d'Omar Ismaïl Mostefaï, l'un des assaillants du Bataclan, a été condamné ce vendredi 11 décembre à Troyes à trois ans et demi de prison ferme pour apologie du terrorisme, a-t-on appris par son avocat.

Le tribunal correctionnel de Troyes est allé au-delà des réquisitions du procureur qui avait réclamé trois ans de prison dont un ferme à l'encontre de l'homme de 33 ans poursuivi pour apologie du terrorisme et recel d'images portant atteinte à l'intégrité physique de personnes.

Le prévenu, jugé en comparution immédiate, a été reconduit en prison à l'issue de l'audience.

"Nous allons faire appel pour que ce dossier arrive devant des magistrats qui sauront l’examiner de façon moins passionnelle", a expliqué à l'AFP Christian Chevalot-Sylvestre, l'avocat du prévenu.

"Si l'apologie de terrorisme est matériellement caractérisée, la radicalisation supposée de mon client n'est absolument pas avérée", a-t-il poursuivi.

L'homme, connu de la justice pour des délits de droit commun, notamment des trafics de stupéfiants et des violences conjugales, avait été interpellé le 17 novembre à Romilly-sur-Seine par les gendarmes de la section de recherche de Reims.

Les militaires avait découvert dans l'ordinateur du prévenu, qui avait été repéré pour avoir fait la promotion du terrorisme islamiste sur des sites internet, de nombreuses images et vidéos djihadistes, notamment des scènes de décapitation ou de tirs contre des soldats américains.

L'homme, dont l'interpellation était prévue avant les attentats du 13 novembre, est un proche de la famille d'Omar Ismaïl Mostefaï, un des assaillants du Bataclan, dont les parents vivent dans cette petite ville du département de l'Aube.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le tribunal correctionnel de Troyes est allé au-delà des réquisitions du procureur. (Photo d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-