Tuerie de Liège: l'assaillant, Benjamin Herman, radicalisé en prison?

Tuerie de Liège: l'assaillant, Benjamin Herman, radicalisé en prison?

Publié le 29/05/2018 à 15:44 - Mise à jour à 15:53
© EMMANUEL DUNAND / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

L'auteur de fusillade mortelle qui s'est déroulée ce lundi matin à Liège se nomme Benjamin Herman. L'individu bénéficiait d'une permission de sortie de quelques heures dans le cadre de sa réinsertion, lundi, mais n'avait pas réintégré sa cellule. Il aurait pu se radicaliser en prison selon un codétenu.

Le profil de l'auteur du triple meurtre qui a eu lieu ce mardi 29 à Liège (Belgique) au cours duquel deux policières et un automobiliste ont été tué se précise. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'individu responsable de l'attaque, qui a été abattu par la police, s'appelle Benjamin Herman, 31 ans.

Il est présenté par les médias belges comme un "marginal". "Un jeune à problèmes" comme l'a confirmé au journal L'Avenir le bourgmestre de Rochefort, sa ville natale, François Bellot. Benjamin Herman était bien connu des services de police pour des faits de vols, de dégradations aux biens publics et de petits trafics de drogue. 

Benjamin Herman avait alors écopé de 30 mois de réclusion criminelle, en 2005 à l'âge de 17 ans. En 2008, il avait été interpellé après avoir braqué une supérette à Forrières avec son frère Dimitri dans le but de s'acheter de l'héroïne à en croire le quotidien d'Outre-Quiévrain. Les deux malfaiteurs avaient fait main basse sur quelque 180 euros. L'assaillant de Liège est alors condamné à 3 ans de prison ferme selon Le Soir.

Lire aussi - Attaque à Liège: ce que l'on sait 

Benjamin Herman était sorti de la prison de Lantin à Marches-en-Famenne, où il était incarcéré pour trafic de drogue, lundi 28 alors qu'il bénéficiait d'une permission de sortie de quelques heures dans le cadre de sa réinsertion.

Il n'avait pas réintégré sa cellule le soir. La RTBF précise que cet individu, présenté comme "instable" et "violent", aurait pu se radicaliser au contact de détenus islamistes en prison. Une information qui n'a toutefois pas été confirmée par les autorités judiciaires qui ont toutefois ouvert une enquête pour "infraction terroriste".

En effet, Benjamin Herman a ciblé délibérément les deux policières à Liège, conformément aux injonctions de nombreux groupes djihadistes notamment l'Etat islamique. Il a ensuite tiré sur un passant, puis s'est réfugié dans un lycée avant de "tenter une sortie" contre les forces de l'ordre arrivées en renfort. La vidéo de sa "neutralisation" montre qu'il n'a pas non plus cherché à fuir l'affrontement et a ouvert le feu sur les policiers avant d'être abattu.

Une perquisition est en cours à la prison de Lantin où Benjamin Herman était détenu. "J'avais vu qu'il s'était radicalisé, d'ailleurs il me disait qu'il était vraiment musulman. Il pratiquait le jeûne le lundi et le jeudi. Il ne mangeait pas, je le voyais", a expliqué un codétenu à la RTBF.

A noter également qu'un braquage suivi d'un homicide a eu lieu lundi 28 à On, soit à proximité de la prison de Marches-en-Famenne. Selon les médias belges, Benjamin Herman aurait tenté braqué une bijouterie à Rochefort à l'aide de deux complices. Il aurait ensuite abattu d'une balle dans la tête un de ses complices, Michael Wilmet. Toutefois, les autorités n'ont pas encore établi de corrélation entre la tuerie de Liège et ces deux affaires.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Benjamin Herman se serait radicalisé en prison.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-