Tunnel sous la Manche: la galère des routiers face aux migrants "prêts à tout"

Tunnel sous la Manche: la galère des routiers face aux migrants "prêts à tout"

Publié le 03/05/2016 à 10:09 - Mise à jour à 10:10
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Les chauffeurs de poids lourds qui empruntent le Tunnel sous la Manche sont sur les dents. Ils se plaignent de leur conditions de travail, rendues difficiles par les intrusions de migrants dans leurs véhicules.

"Ils sont prêts à tout...", soupire Jimmy Barbieux, chauffeur de poids lourd spécialisé dans le trafic transmanche. "Quasi quotidiennement", des migrants tentent de monter dans son 44 tonnes pour rejoindre l'ultime étape de leur périple: l'Angleterre.

"Depuis que j'ai commencé, les migrants sont présents, mais les moyens pour monter dans les camions sont de plus en plus violents", assure ce jeune homme de 33 ans, embauché en 2011 chez Deroo Transports, à Wizernes, près de Saint-Omer (Pas-de-Calais) pour "faire l'Angleterre".

"On roule sur la rocade et d'un coup, un tronc d'arbre, des barricades au milieu de la route et des jets de pierres nous obligent à nous arrêter", raconte-t-il, lassé, en référence aux actions des migrants de la "Jungle" de Calais dénoncées par les autorités en avril.

Et aux abords de la chaussée, "ils sont 20, 30, 50 prêts à monter!" renchérit son collègue, Maxime Allouchery, 30 ans. Alors, "de Saint-Omer au port ou au tunnel, on fait tout pour ne pas s'arrêter, car ce serait inconscient".

Voici trois ans, "c'était le jeu du chat et de la souris: quand ils étaient surpris, on les faisait descendre et ils ne faisaient pas d'histoire. Maintenant, nous avons peur de leur agressivité", affirme Jimmy Barbieux.

Désormais, "quand je m’aperçois qu'il y a des migrants dans mon camion, j'attends d'arriver aux contrôles du port ou du tunnel pour les faire débarquer", explique le chauffeur, s'apprêtant à livrer de la cristallerie à Manchester.

Les migrants, "font partie de notre quotidien" et avec trente traversés par mois, "on connaît leur technique". Par exemple "ils vérifient la cargaison avant de monter: si c'est un chargement biscornu, ils montent, car ils peuvent se cacher, sinon, ils laissent tomber", raconte M. Allouchery.

Si le chargement ne leur convient pas, "ils grimpent sur les toitures, les châssis du tracteur ou dans le déflecteur (au-dessus de la cabine NDLR), c'est dangereux, on les retrouve souvent tétanisés", complète M. Barbieux.

"Si les camions ne vont pas dans la bonne direction, ils font aussi tout pour que le conducteur s'arrête. Une fois, voyant que je n'allais pas en Angleterre, des migrants sur mon toit ont craqué la bâche, pris les pommes de terre de la remorque et les ont jetées partout sur la route sur sept kilomètres...", se souvient M. Barbieux.

La "passion" pour son métier choisi pour "le voyage et la liberté" est ainsi devenue "une galère": "On est de plus en plus inquiets, on a peur pour notre sécurité", témoigne le jeune homme déjà contrôlé cinq fois "positif", c'est-à-dire avec des migrants dans sa remorque, au port et au tunnel. Sans parler du risque financier: en cas de contrôle positif en Angleterre, "c'est 2.000 euros pour le chauffeur et 2.000 euros pour le patron de l'entreprise, des collègues ont déjà dû payer", assure son collègue Maxime.

Celui-ci veut du coup "arrêter l'Angleterre". Comme "trois autres de ses collègues", selon Alain Noyelle, leur chef, affirmant que deux chauffeurs ont déjà démissionné pour cette raison. Quarante chauffeurs (sur 250) de Deroo sont concernés par le trafic transmanche.

Pour Maxime, "c'est saoulant". Il n'a "pas envie de partir au travail chaque jour en (se) disant +Quels problèmes vais-je rencontrer?+, j'ai peur d'avoir un accident, peur d'en culbuter un sur la route".

Les deux chauffeurs ont rejoint un groupe sur Facebook créé par des collègues pour se tenir informés du trafic aux abords du port et du tunnel. L'un d'entre eux vient de poster un nouveau message: "Attention attaque de migrants entre l'A16 et la rocade portuaire. A part ça, ça va".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les chauffeurs de poids lourds qui empruntent le Tunnel sous la Manche sont sur les dents.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-