Un bébé étranglé et frappé durant des mois victime de séquelles irréversibles

Un bébé étranglé et frappé durant des mois victime de séquelles irréversibles

Publié le 12/10/2018 à 20:17 - Mise à jour à 20:18
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un couple a été condamné à six et cinq ans de prison ferme mercredi par le tribunal correctionnel de Bourges. Ils ont été reconnus coupables d'extrêmes violences sur leur bébé âgé de seulement trois mois et demi. Le petit, victime de dizaines de fractures au visage et sur le corps, s'est vu prescrire 90 jours d'ITT.

A seulement quelques mois, le bébé a déjà connu l'enfer. Un couple a été condamné à cinq et six ans de prison par le tribunal correctionnel de Bourge, mercredi 10. Ils ont été reconnus responsables de divers maltraitances sur leur bébé, né en novembre 2016.

Si aujourd'hui l'enfant leur a été retiré, ces parents extrêmement violents lui ont fait vivre un calvaire.

A tel point qu'en janvier 2017, ils le conduisent à l'hôpital de Vierzon. Blanc comme un linge, les seules couleurs sur son corps sont les nombreux hématomes dont il est la victime. Les médecins constatent aussi plusieurs lésions osseuses du crâne.

Le personnel soignant signale immédiatement les parents mais pourtant, ils repartiront avec l'enfant.

A voir aussi: Ils laissent leur bébé mourir de faim car "seul Dieu peut soigner les malades"

Il faudra cependant attendre une autre hospitalisation, puis encore une autre au début du mois de mars pour que l'enfant leur soit finalement retiré.

Le couple a alors été entendu par la police, qui a forcément ouvert une enquête. Les médecins avaient cette fois constaté dix fractures sur le corps et le visage du nourrisson, ils lui ont ainsi prescrit 90 jours d'ITT.

"On parle d’un enfant de trois mois et demi. Pour lui, 90 jours d’ITT, c’est colossal : c’est quasiment toute sa vie…", a ainsi expliqué le procureur mercredi comme l'a rappelé Le Berry Républicain.

Lors de leur procès, les parents sont revenus sur l'enfer qu'ils ont fait subir à leur enfant. La mère, âgée de 21 ans, a reconnu avoir parfois frappé le bébé sur les fesses et le cou. Mais elle a surtout évoqué la personnalité de son compagnon, en proie au "stress" et qualifié de personne "énervée".

Ainsi elle a indiqué qu'il n'hésitait pas à étrangler le nourrisson lorsqu'il "pleurait trop". "Sa tête devenait toute rouge, il gigotait les bras, les jambes…", s'est souvenue la femme qui s'est depuis séparée du père de son enfant.

Le jeune homme, âgé de 25 ans, a reconnu les faits et a aussi évoqué le "stress" dont il était victime ainsi que son "angoisse face à la paternité". "Les pleurs surtout, je ne supportais pas… Plus les jours passaient et plus je sentais la violence monter en moi".

Mercredi, le père de famille a été condamné à six ans de prison ferme et son ex-compagne à cinq ans. A cela s'ajoutent des suivis socio-judiciaires de cinq et trois ans ainsi que le retrait total de leur autorité parentale.

Le bébé, qui a presque deux ans aujourd'hui "s'épanouit" désormais dans un foyer calme. Mais les violences abjectes dont il a été la victimes ont laissé de graves séquelles. A deux ans, il ne parle et ne marche toujours pas.

A lire aussi:

Le bébé meurt ligoté dans son lit: les parents devant la justice

Bébés malformés: "On ne veut pas voir" les effets des pesticides, accuse Jadot

Un jeune homme accusé de viol et violences sur un bébé de 15 jours

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les parents violents ont été condamnés à de la prison ferme.

Newsletter





Commentaires

-