Un couple de lesbiennes agressé dans un bus, Hidalgo les soutient

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Un couple de lesbiennes agressé dans un bus, Hidalgo les soutient

Publié le 13/03/2018 à 10:10 - Mise à jour à 10:21
© Kirill KUDRYAVTSEV / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un couple de lesbiennes a été agressé verbalement dimanche dans un bus parisien. Les deux jeunes femmes, qui ont déposé une main courante, ont reçu le soutien de la maire de Paris.

Clémence et Zoé, la vingtaine, comptaient passer "un dimanche idyllique" avec des "airs printaniers". Peine perdue, ce couple de lesbienne a été victime dimanche 11 d'une agression homophobe dans un bus à Paris. Les deux jeunes femmes ont déposé une main courante.

Selon le journal Libération, les deux victimes s'embrassaient lorsqu'elles ont été interpellées par un couple: "C'est à cause de vous qu'on sort, il y a des hôtels pour ça". Les jeunes femmes sont alors essuyé des crachats et des insultes de la part de leurs agresseurs. Elles n'ont heureusement pas été blessées. Elles envisagent de porter plainte pour cet acte de lesbophobie manifeste.

"Ce n'est pas normal, ce qui nous arrive, mais il faut que les gens se rendent compte que c'est encore la réalité de ce que l'on vit quand on est homo en 2018", dénonce Zoé dans les colonnes du quotidien.

Lire aussi - Edouard Philippe adresse son soutien à deux jeunes lesbiennes agressées

La maire de Paris, Anne Hidalgo, n'a pas tardé à apporter manifester sa solidarité aux deux jeunes femmes. Lundi soir, elle a apporté son "soutien" total aux deux jeunes femmes. "Paris est et sera toujours la ville de la liberté et de l'égalité des droits", a-t-elle indiqué sur Twitter en illustrant son poste du drapeau arc-en-ciel des LGBT+. C'est "un acte de haine lesbophobe insupportable", a réagi de son côté SOS Homophobie.

Début février, deux jeunes femmes de 17 et 18 ans, en couple, avaient été prises à partie par un groupe, d'abord à Pontoise (Val-d'Oise), sur le quai de la ligne J du Transilien, puis pendant leur trajet en train vers Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Elles n'avaient pas été blessées mais assurent avoir été violemment bousculées et s'être fait tirer les cheveux et les vêtements. Elles affirment aussi avoir été maltraitées verbalement. Leurs agresseurs leur ont lancé: "putains de lesbiennes", "vous baisez?", selon elles.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les deux jeunes femmes ont essuyé des insultes et des crachats dans une agression à caractère homophobe.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-