Un détenu dénonce des violences policières pendant sa garde à vue et meurt en prison

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Un détenu dénonce des violences policières pendant sa garde à vue et meurt en prison

Publié le 16/01/2019 à 13:33 - Mise à jour à 13:40
© JEFF PACHOUD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un détenu de 29 ans est décédé dans des circonstances troubles dans la nuit de jeudi à vendredi dernier à la maison d'arrêt d'Angers. Il avait dénoncé des violences policières lors de sa garde à vue.

Les circonstances du décès de ce détenu sont particulièrement floues. Un jeune homme de 29 ans est mort dans sa cellule de la maison d'arrêt d'Angers dans la nuit de jeudi 10 à vendredi 11. Une enquête a été ouverte par le procureur de la préfecture du Maine-et-Loire pour savoir ce qu’il s’est passé. En effet, ce décès pose question, et pour cause, l'individu s'était plaint de violences policières au cours de sa garde à vue.

Selon le journal Ouest-France, qui révèle l'information, la victime avait fait savoir qu'il avait été frappé par les forces de l'ordre lors de sa garde à vue au commissariat de Saumur entre le 9 et le 10 janvier dernier. Une plainte a été déposée pour violences policières selon le procureur de Saumur. Le magistrat a également fait savoir que l'Inspection générale des services de police (IGPN) a été saisie de l'affaire comme dans chaque cas de violences policières présumées.

Lire aussi - Gilet jaune dans le coma à Bordeaux: une enquête de l'IGPN ouverte

Le quotidien fait savoir que des expertises toxicologiques ont été ordonnées pour déterminer si une interaction médicamenteuse aurait pu provoqué la mort du détenu. La victime était un délinquant toxicomane au lourd dossier judiciaire.

"Selon un premier rapport du médecin légiste, il n’y a pas de lien entre la mort et les conditions d’interpellation. Il n’y a pas de lésion traumatique susceptible d’expliquer le décès", a assuré à Ouest-France le procureur d’Angers Yves Gambert.

Voir:

Gilet jaune dans le coma: les policiers ont-ils caché des preuves? (vidéo)

"Gilets jaunes" et brassards blanc: un service d'ordre pour éviter casse et "violences policières"

Violences policières: Didier A. aurait donné un coup de tête à une Gilet jaune

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le détenu décédé avait dénoncé des violences policières lors de sa garde à vue.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-