Un homme fiché S, agresseur présumé d'un agriculteur, relâché

Un homme fiché S, agresseur présumé d'un agriculteur, relâché

Publié le 29/01/2018 à 16:59 - Mise à jour à 17:08
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme fiché S et soupçonné d'avoir poignardé un agriculteur du Lot-et-Garonne en juin dernier a été remis en liberté ce lundi. Sa victime ne comprend pas cette décision et doit se confronter à lui mercredi dans le cadre de l'enquête.

Un homme de 40 ans fiché S, Kamal Belbakkal, a été relâché ce lundi 29 à Agen, dans le Lot-et-Garonne. Il est l'agresseur présumé d'un agriculteur de Laroque-Timbaut. En juin dernier, il est soupçonné d'avoir poignardé le quinquagénaire en criant "Allah akbar".

En juillet dernier, le tribunal qui l'a relâché ce lundi ordonnait son placement en détention provisoire. L'homme radicalisé avait agressé l'agriculteur vers 21h le 18 juin dernier, alors qu'il était assigné à résidence et ne pouvait quitter son domicile après 20h.

A voir aussi: "Allah Akbar" - l'ex-gérant des Restos du Coeur de Montreuil qui avait inventé son agression retrouvé gravement poignardé

Il était en effet soupçonné d'avoir diffusé des vidéos et autres photos de propagande de Daesh. Il a cependant été relaxé en appel pour ces faits jeudi 4. "La justice a décidé de le relaxer dans le dossier de la diffusion, la justice devait le remettre en liberté. Il n'y a pas lieu de douter de la justice. Il n'est pas encore jugé pour les faits qui lui sont reprochés", a indiqué son avocat à La Dépêche.

"Je ne comprends pas", a expliqué Yves Boussuge, qui accuse le père de famille de l'avoir poignardé à plusieurs reprises. "J'ai demandé une protection policière pour la confrontation de mercredi dans le bureau de la juge d'instruction", a souligné l'avocate des parties civiles.

"En juin dernier, il était assigné à résidence avec interdiction de quitter son domicile après 20 heures. Ça ne l'a pas empêché de se retrouver dans le champ de mon client après 21 heures et de le poignarder au cri d'Allah akbar", s'est-elle alarmée. Cependant, la justice ne pouvait pas faire autrement que le relâcher.

Il avait déjà été détenu durant quatre mois et la loi interdit de priver de liberté une personne n'ayant pas été condamnée à une peine de prison ferme passé ce délai. Selon le quotidien local, Kamal Belakkal aurait même dû être remis en liberté dès novembre dernier.

Le quarantenaire a tout de même été placé sous contrôle judiciaire, ne peut pas quitter la ville d'Agen et doit signer la feuille d'émargement trois fois par jour. Une mesure qui, au regard des faits qui lui sont reprochés, ne rassure pas Yves Boussuge et son avocate.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Comme le voulait la loi Kamal Belakkal a été relâché ce lundi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-