Un médecin tente de céder gratuitement son cabinet sur Le Bon Coin, sans résultat...

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 06 décembre 2016 - 18:59
Image
Un tensiomètre et un stéthoscope .
Crédits
©Philippe Huguen/AFP
Patrick Laine est médecin à Saulnot depuis 1981. Il cherche deux repreneurs pour son cabinet.
©Philippe Huguen/AFP
Patrick Laine, praticien de 66 ans exerçant à Saulnot en Haute-Saône, n'a toujours pas trouvé de repreneur à son cabinet. Son annonce sur Le Bon Coin, où il cède gratuitement ses locaux, est restée sans réponse.

Sans solution. Patrick Laine, médecin de 66 ans exerçant à Saulnot (en Haute-Saône) depuis 1981, avait tenté il y a neuf mois de céder son cabinet, gratuitement, via Le Bon Coin, faute de repreneur. Mais aujourd'hui, la situation est toujours au point mort. Et il est obligé de jouer les prolongations pour ne pas abandonner ses patients, qu'il suit, pour certains, depuis très longtemps.

"Je n’ai aucun contact depuis neuf mois, et même en faisant appel à un réseau italien du Val d’Aoste, je n’ai aucun retour non plus, c’est inimaginable, ça dépasse mon entendement" a-t-il déclaré à France Bleu.

Victime d'un accident vasculaire cérébral, Patrick espère rapidement trouver deux repreneurs pour enfin partir à la retraite. Deux repreneurs car lui, actuellement travaille 12 à 15 heures par jour, six sur sept, seul. "Les médecins de ma génération ne rechignent pas sur le travail. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui travailler minimum 12 heures par jour, ça doit faire peur" reconnaît-il.

Pourtant, Patrick a un carnet de patients bien rempli, et surtout varié. Il gère 5.000 dossiers, des bébés jusqu'aux personnes (très) âgées.

Le praticien espère que la situation ne s'éternisera pas et qu'il pourra prochainement céder son cabinet avec l'aide des pouvoirs publics, qui, selon lui, devraient faire bouger les choses en recrutant directement à la sortie de la fac de médecine. "Si on imposait à un jeune médecin dont les études ont été payées par le contribuable de venir boucher les trous, ne serait-ce que pendant un an, une grande partie des problèmes serait réglée" pense-t-il.

 

À LIRE AUSSI

Image
La fin d'année marque un regain des virus saisonniers comme la grippe et la gastro-entérite.
Bretagne: nouvelle mobilisation des habitants pour séduire un médecin généraliste (VIDEO)
Face à une pénurie probable de généraliste, la petite commune de Plovénez-Porzay lance un appel via une vidéo humoristique. Les déserts médicaux sont de plus en plus n...
19 septembre 2016 - 19:47
Société