Un père et ses deux fillettes retrouvés morts à leur domicile

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Un père et ses deux fillettes retrouvés morts à leur domicile

Publié le 14/03/2019 à 17:44 - Mise à jour à 17:52
© PASCAL PAVANI / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Les corps d'un homme d'une soixantaine d'années et de ses deux fillettes ont été retrouvés ce jeudi 14 chez eux, en Dordogne. C'est la mère, qui avait quitté le domicile conjugal en vue d'une séparation, qui a fait la dramatique découverte.

Officiellement aucune thèse n'était encore privilégiée ce jeudi quelques heures après la terrible découverte. Mais la piste d'un double infanticide suivi d'un suicide serait particulièrement suivie.

Les corps de deux petites filles âgées de six et huit ans ainsi que celui de leur père ont été retrouvés sans vie dans la matinée, à leur domicile de Goûts-Rossignol (Dordogne).

C'est l'établissement scolaire des enfants qui avait prévenu la mère, les petites filles ne s'étant pas présentées à l'école en début de semaine. La mère, séparée s'est rendue sur place accompagnée de la maire de la commune. C'est alors qu'elles ont fait la macabre découverte. La mère a dû être hospitalisée en état de choc.

Voir: Accusée d'avoir tué ses jumeaux de 23 mois juste après Noël (photo)

Les gendarmes ont été prévenus et un médecin légiste ainsi que les techniciens de l'identification criminelle ont été convoqués pour procéder aux premières constatations. Aucune arme n'aurait été découverte sur les lieux ni d'ailleurs aucune trace de violences. Les trois corps ont été retrouvés dans la même chambre. Une autopsie devrait être pratiquée afin d'établir les causes des décès.

S'il était trop tôt ce jeudi pour exclure certaines pistes, l'idée que le père aurait dans un moment de détresse émotionnelle tué ses deux enfants avant de mettre fin à ses jours serait privilégiée. Les parents étaient en instance de séparation et la mère avait quitté le domicile familial depuis plusieurs mois.

Lire aussi:

Elle noie sa petite fille de 4 ans et brûle son corps au nom de Dieu

Seine-et-Marne: son fils vient dans son lit après un cauchemar, il l'étrangle par "vengeance"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La thèse du meurtre des deux fillettes et du suicide du père est suivie par les enquêteurs.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-