Un petit garçon, migrant afghan, rapporte avoir subi des violences policières (vidéo)

Un petit garçon, migrant afghan, rapporte avoir subi des violences policières (vidéo)

Publié le 05/11/2018 à 10:46 - Mise à jour à 10:51
© JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une vidéo publiée dimanche rapporte le témoignage du petit Ahmed Reza, un Afghan de dix ans, expliquant avoir été victime avec sa famille de brutalités policières alors qu'ils attendaient de l'aide d'une association à Paris. Les faits se seraient produits jeudi 1er novembre.

Il ne s'agit pour l'instant que d'un témoignage qui reste à confirmer, mais les autorités ont été saisies de l'affaire: dans une vidéo de 45 secondes publiées dimanche 4 au soir, un petit garçon, demandeur d'asile, raconte que lui et sa famille ont été victimes de violences policières à Paris. Les faits remontent au jeudi 1er novembre.

Le petit Ahmed Reza, venu d'Afghanistan, se trouvait avec ses parents et plusieurs autres migrants porte d'Aubervilliers, dans le 19e arrondissement, au nord de Paris. Ils attendaient l'aide de bénévoles de l'association Utopia 56 qui devait leur apporter de l'aide et des propositions d'hébergement.

"La police est venue. Ils nous ont dit «levez-vous d’ici, vous ne pouvez pas rester là», explique en anglais le petit garçon. Les policiers ont ensuite fait usage de la violence en aspergeant les migrants avec du gaz lacrymogène sous les yeux de l'enfant qui a voulu capter des images de ces débordements rapportés. "J'ai voulu prendre une vidéo, poursuit Ahmed, mais quand j’étais en train de filmer, un policier a pris mon téléphone et a effacé la vidéo".

(Voir ci-dessous la vidéo du témoignage de l'enfant)

L'association Utopia 56 a décidé de saisir l'Inspection générale de la police nationale (l'IGPN, dite "police des polices") samedi 3, et a fait de même avec le Défenseur des droits Jacques Toubon. La préfecture de police de Paris ne s'est pas exprimée sur l'affaire pour le moment.

A lire aussi:

La caravane de migrants progresse dans l'Etat mexicain de Veracruz en direction des Etats-Unis

Migrants: l'Aquarius obtient une "immatriculation provisoire" du Liberia

Enlysée: la boutique parodique récolte 30.000 euros en faveur des migrants

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers auraient chassé les migrants en les aspergeant de gaz, comme le rapporte le petit garçon.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-