Un policier promet de "casser la bouche des Gilets jaunes" sur Instagram, une enquête ouverte

Un policier promet de "casser la bouche des Gilets jaunes" sur Instagram, une enquête ouverte

Publié le 06/08/2019 à 07:43 - Mise à jour à 12:26
© Boris HORVAT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Samedi 3 lors de l'acte 38 du mouvement des Gilets jaunes à Paris, un policier en uniforme s'est filmé sur Instagram et a proféré des menaces contre les membres du cortège. Une enquête administrative a été ouverte lundi 5 pour manquement aux règles de la déontologie de la fonction policière.

Le contenu de la vidéo est "inacceptable". Samedi avait lieu une nouvelle manifestation de Gilets jaunes à Paris. L'acte 38 du mouvement mobilisait à nouveau les forces de l'ordre, chargées d'assurer la sécurité et d'éviter les débordements.

Parmi eux, un policier n'a pas hésité à se filmer en service et alors qu'il était sur les lieux.

Comme le rapporte CheckNews de Libération cet homme a tout d'abord filmé son repas offert par une compagnie de CRS et l'a publié sur son compte Instagram.

A voir aussi: Le "Gilet jaune" publie l'adresse d'un procureur sur Facebook, prison ferme

Ensuite, le policier en tenue s'est filmé de face et a menacé les Gilets jaunes: "ça commence à défourailler là, ces abrutis de gilets jaunes, on va leur casser la bouche", a-t-il ainsi promis avant de brièvement filmer une rue parisienne.

La vidéo a d'abord été partagée sur Twitter par le compte Pure Tele avant d'être relayée des milliers de fois sur ce même réseau social.

La préfecture a bien confirmé qu'il s'agissait d'un de ses fonctionnaires en marge de la manifestation de samedi. Le contenu de la vidéo a d'ailleurs été qualifié d'"inadmissible", alors que les critiques sur les violences policières sont toujours au cœur de l'actualité.

Une enquête administrative pour manquement aux règles de la déontologie de la fonction policière a en outre été ouverte lundi 5. Le compte Instagram où a été publiée la vidéo mise en cause a de son côté été supprimé.

A lire aussi:

Jean-Marie Bigard réclame "une nouvelle révolution" avec les Gilets jaunes (vidéo)

Paris: trois Gilets jaunes interpellés pour avoir tabassé un automobiliste

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un policier qui a menacé les Gilets jaunes dans une vidéo Instagram fait l'objet d'une enquête administrative.

Newsletter





Commentaires

-