Un prêtre déclare que Dieu est une femme, un canular

Auteur(s)
EB
Publié le 23 février 2015 - 18:00
Image
Le Soleil dans le ciel.
Crédits
©Flickr Creative Commons
Dieu est une "figure maternelle chaleureuse et réconfortante". L'idée d'un site parodique.
©Flickr Creative Commons
Pendant quelques heures ce lundi, les internautes se sont étonnés de l'histoire d'un prêtre certifiant avoir rencontré Dieu et que celui (celle)-ci serait une femme. Malheureusement, la belle histoire était fausse.

Penadant quelques heures, l'information a fait le tour du Web, avant de se révéler totalement fausse. Il faut dire qu'elle avait de quoi surprendre. Elle racontait que le père John Micheal O’neal, prêtre de 71 ans, officiant dans l'Etat américain du Massachusetts avait déclaré que Dieu était une femme. Victime d'une crise cardiaque le 29 janvier dernier, il avait d’abord été déclaré cliniquement mort par les médecins. Mais ces derniers seraient ensuite parvenus à redémarrer son cœur, 48 minutes après qu'il se soit arrêté.

Peu après s'êtreréveillé, le religieux aurait affirmé se souvenir avec clarté de son voyage. Il aurait déclaré être monté au ciel et avoir rencontré le Tout-puissant. Celui-ci serait un "être de lumière", mais surtout, une "figure maternelle chaleureuse et réconfortante".

"Sa présence était à la fois immense et réconfortante", aurait expliqué John Micheal O’neal. "Elle avait une voix douce et apaisante et sa présence était aussi rassurante que l'étreinte d'une mère. Le fait que Dieu soit une "Sainte-Mère" au lieu d'un "Saint-Père" ne me dérange pas, elle est tout ce que j'espérais et même plus encore".

"Dieu est grand et tout puissant, même s’il est une femme", conclut-il. Une fable suffisament détaillée pour paraître vraie, mais fausse. Alors le prêtre aurait il menti? Pas du tout. Son histoire, tout comme la personne du prêtre sont une pure et simple invention d'un site parodique baptisé worldnewsdailyreport. L'équivalent américain du désormais célèbre Gorafi français. L'information a été reprises par de nombreux médias qui, on l'imagine, ne se laisseront plus avoir par la même source.