Un salarié agonise 4 jours dans une centrale nucléaire avant d'être retrouvé

Un salarié agonise 4 jours dans une centrale nucléaire avant d'être retrouvé

Publié le 20/06/2018 à 15:59 - Mise à jour le 21/06/2018 à 07:00
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un salarié sous-traitant a été retrouvé agonisant, 4 jours après avoir fait un malaise, dans les bureaux de la centrale nucléaire de Paluel en Seine-Maritime. Ses jours ne sont plus en danger. Une enquête a été ouverte.

Un homme de 52 ans, salarié d'une entreprise sous-traitante, a été retrouvé agonisant lundi 18 dans les locaux de la centrale nucléaire de Paluel en Seine-Maritime. Il était là depuis près de 4 jours et ne pouvait pas bouger car il avait fait un malaise.

Ce sont ses gémissements derrière la porte d'un bureau qui ont alerté des collègues de travail. Son état de santé était préoccupant quand il a été retrouvé. Il devait être extrêmement déshydraté puisqu'il n'avait pu ni manger ni boire pendant tout ce temps. Mais la direction de son entreprise a assuré que ses jours n'étaient plus en danger.

Selon France 3 Normandie, aucune personne de la famille de ce quinquagénaire n'a signalé sa disparition puisqu'il est célibataire et était en mission dans la région pour plusieurs jours.

Lire aussi: France - Greenpeace alerte sur la sécurité des centrales nucléaires

Une enquête interne ainsi que des investigations de la gendarmerie devront permettre de comprendre comment il a pu rester enfermé si longtemps, sans que personne ne s'en inquiète.

Il s'agit peut-être d'une faille de sécurité car le système informatique de la centrale nucléaire est censé sonner l'alerte quand un employé passe plus de 13 heures entre ces murs.

Or, cet individu, selon la CGT Mines et Energie, y était depuis au moins jeudi 14 juin 15h, heure à laquelle il a badgé.

Le syndicat a jugé l'incident, qui aurait pu être dramatique pour la victime, scandaleux et l'a assimilé à de la non-assistance à personne en danger. Selon les responsables de la CGT Mines et Energie, il reflète des conditions de travail déplorables pour les salariés sous-traitants dans le domaine du nucléaire.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un salarié d'une entreprise sous-traitante a été retrouvé 4 jours après avoir fait un malaise dans les locaux de la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritime).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-