Une fausse victime du Bataclan jugée pour escroquerie

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 01 décembre 2017 - 09:07
Image
Des fleurs sont accrochées à un feu tricolore, le 18 novembre 2015 après l'attentat du Bataclan
Crédits
© DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives
La fausse victime du Bataclan jugée ce vendredi avait livré un pseudo-récit poignant.
© DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives
Cédric R. un homme qui s'était fait passer pour une victime du Bataclan, est jugé ce vendredi pour escroquerie. Il avait été très loin dans les détails tragiques de son histoire, mais a finalement été repéré. Il risque cinq ans de prison pour avoir tenté d'escroquer le fonds de garantie des victimes.

Cédric R. avait fait le tour des médias après le 13 novembre 2015, racontant comment il avait vécu l'attentat du Bataclan. Sauf qu'il n'y était pas. Il devrait en revanche se rendre ce vendredi 1er décembre au tribunal correctionnel de Versailles pour répondre de tentative d'escroquerie.

L'ambulancier et sapeur-pompier de 27 ans a en effet essayé d'obtenir 30.000 euros auprès du Fonds de garantie permettant l'indemnisation des victimes. Un cas qui n'est pas isolé mais qui dénote par l'application dont a fait preuve le jeune homme pour "devenir" une victime du Bataclan.

Avant même l'assaut de la BRI et du Raid dans la salle de concert, il s'était précipité sur place depuis son domicile des Yvelines et avait rejoint les personnes retranchées dans les bars. Cédric R. s'était par la suite fait connaître en livrant à l'AFP un récit particulièrement émouvant.

Voir: Bataclan: Cédric hanté par "cette femme enceinte qui a pris des balles" à sa place

Il y évoquait une femme enceinte qui avait pris une balle à sa place (l'une des incohérences qui éveilleront les soupçons), "la voix de merde du répondeur d'attente des flics qui tourne en boucle dans ma tête", l'homme dont-il "a vu l'âme partir" et celui qu'il a prétendu avoir aidé.

Il ira jusqu'à se faire tatouer une Marianne pleurant du sang devant le Bataclan. "C'est gravé en moi maintenant", expliquait -il. Il se rapprochera de l'association de victimes Life for Paris, participant à des "apéros thérapeutiques", avant de se voir prier de partir, son récit ayant éveillé les soupçons.

Lire aussi: Dany Machado d'"Incroyable Talent" reconnaît avoir inventé son ami mort au Bataclan

L'homme quittera par la suite la métropole pour Nouméa, dont-il est revenu en octobre et a alors été arrêté.

Menteur motivé par l'appât du gain ou mythomane convaincu par ses propres affabulations, Cédric R. risque quoi qu'il en soit jusqu'à cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende. Dans plusieurs cas similaires, la justice a déjà prononcé des peines de prison ferme.

À LIRE AUSSI

Image
Attentats Paris 13 nov 2015 Hommage Bar Carillon
Attentats du 13 novembre: une fausse victime condamnée à un an de prison
Une femme de 24 ans a été condamnée lundi à un an d'emprisonnement après s'être fait passer pour une victime des attentats du 13 novembre. Pour crédibiliser son récit,...
22 novembre 2016 - 16:45
Société
Image
Les secours mobilisés après des attaques dans le 10e arrondissement le 13 novembre 2015
13 novembre: les imposteurs, "fausses victimes" en mal d'argent ou de reconnaissance
Cédric était allé jusqu'à se faire tatouer un dessin du Bataclan sur le bras. Comme lui, plusieurs imposteurs se sont glissés parmi les victimes des attentats du 13 no...
21 avril 2017 - 13:09
Image
A picture taken on August 17, 2012 shows a high relief on the facade of the Amiens criminal court pr
Attentats de Paris et Nice: quatre et six ans pour les fausses victimes récidivistes
Un couple cannois a été condamné à des peines de six ans de prison pour lui et quatre pour elle mercredi à Grasse. Ils avaient tenté de se faire passer pour des victim...
20 avril 2017 - 09:11
Société