Une fillette sans abris de 2 ans enlevée, violée et laissée pour morte

Une fillette sans abris de 2 ans enlevée, violée et laissée pour morte

Publié le 19/11/2018 à 19:49 - Mise à jour à 19:50
© PRAKASH SINGH / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une petite fille de deux ans, dormant avec sa mère dans les rues de New Delhi, a été kidnappée et violée dans la nuit de vendredi à samedi. Elle a été retrouvée inconsciente le lendemain et hospitalisée. L'agresseur présumé a été interpellé.

La petite victime se trouverait dans un état "stable" et un suspect a été interpellé. Une fillette de deux ans a été retrouvée gisant près d'une voie de chemin de fer à New Delhi, samedi 17. Sans abris, elle aurait été enlevée dans la rue et violée avant d'être laissée pour morte.

La mère avait découvert au milieu de la nuit que sa  fille avait disparu, alors que toutes deux dormaient sur un trottoir de la capitale indienne, rapporte le Khaleej Times. Après plusieurs heures de recherche infructueuse, elle a contacté la police.

Voir: Une fillette handicapée violée à mort par deux hommes

Dans l'après-midi, les enquêteurs ont appris qu'une enfant du même âge avait été découverte par une patrouille de police, gisant près de l'ancienne gare de la ville, nue inconsciente et en sang. Elle a été conduite à l'hôpital et opérée. Il s'agissait bien de la petite disparue dont les jours ne seraient plus en danger. Mais les examens ont confirmé qu'elle avait été violée.

L'enquête a rapidement permis d'identifier un suspect, grâce à la vidéosurveillance. Il s'agissait d'un sans-abris d'une vingtaine d'années, souffrant d'un addiction à la drogue. Il a été arrêté après que les policiers ont établi des surveillances à divers endroits où les plus démunis viennent se procurer de la nourriture.

Environ 40.000 cas de viols sont signalés chaque année dans cette nation de 1,25 milliard d'habitants, selon les statistiques officielles. Les observateurs estiment cependant que ce chiffre n'est que la partie émergée de l'iceberg en raison de la forte culture du silence qui prévaut sur ce sujet dans la société indienne.

Lire aussi:

En Inde, le village d'un viol collectif dans l'œil du cyclone

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'enfant a été enlevée dans la rue, violée et abandonnée près d'une voie de chemin de fer de New Delhi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-