Une joggeuse violée dans le Gard, un portrait-robot diffusé

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Une joggeuse violée dans le Gard, un portrait-robot diffusé

Publié le 30/04/2019 à 20:47 - Mise à jour à 20:49
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Une jeune femme a été violée lundi 22 dans le Gard. Afin de retrouver l'agresseur, les gendarmes ont diffusé un portrait-robot et un appel à témoins ce mardi.

La gendarmerie du Gard a décidé de diffuser ce mardi le portrait-robot d'un suspect après le viol d'une femme survenu lundi 22. Les personnes reconnaissant l'individu sont invitées à contacter les enquêteurs.

Selon les gendarmes "le 22 avril 2019 vers 10h15, une jeune femme, faisant son jogging, a été agressée sur une DFCI de la commune de Saint-Alexandre", petite commune d'environ 1.200 habitants située entre Avignon et Montélimar.

Son agresseur serait un homme d'environ 25 à 30 ans mesurant entre 1m80 et 1m85 et serait de corpulence "sportive". Selon le portrait diffusé, il portait une capuche au moment de l'agression. "Si vous disposez de renseignements, bien vouloir contacter les enquêteurs au 04.66.89.82.10", font savoir les gendarmes.

Voir: Une adolescente violée dans un TER malgré les caméras et les policiers

Selon les chiffres officiels disponibles qui représentent de l'aveu même du gouvernement une "estimation minimale", 94.000 femmes seraient victimes chaque année de viol ou de tentative de viol. Le portrait-robot est rarement nécessaire puisque l'auteur serait inconnu dans "seulement" 9% des cas (il s'agirait pour 47% des agressions d'un conjoint ou ex-conjoint et dans 44% des cas d'une personne connue de la victime).

Par ailleurs, si la police réalise encore quelque 150 portraits par an, leur efficacité est contestée en raison des difficultés pour les victimes, notamment d'agressions sexuelles, de reconstituer le visage de leur agresseur morceau par morceau. Mais aussi parce que faute de traits particuliers, les visages peuvent vite être attribuables à bien des personnes.  Le système a connu des succès au fil des décennies, mais aussi des échecs retentissants comme avec celui de Guy Georges, le tueur de l'Est parisien.

Lire aussi:

Tentative d'enlèvement dans le Morbihan: le portrait-robot du suspect (photo)

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le portrait-robot d'un homme suspecté de viol a été diffusé par les gendarmes du Gard.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-