Une nourrice condamnée à neuf ans de prison pour avoir provoqué la mort d'un bébé

Une nourrice condamnée à neuf ans de prison pour avoir provoqué la mort d'un bébé

Publié le 23/03/2016 à 15:51 - Mise à jour à 15:57
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les assises du Val de Marne ont condamné une nourrice de 49 ans à neuf ans de prison avec interdiction définitive d'exercer auprès des mineurs pour avoir provoqué la mort d'un bébé de sept mois en 2008.

Jugée pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" pour avoir provoqué la mort d'un bébé de sept mois, une nourrice de 49 ans a été condamnée mardi 22 mars par les assises du Val de Marne à neuf ans de prison avec interdiction définitive d'exercer auprès des mineurs. L'avocat général réclamait entre 12 et 14 ans de réclusion criminelle."Mes clients sont satisfaits que leur drame ait été reconnu", déclare Pascale Taelman, l’avocate des parties civiles, citée par Le Parisien.

Le 3 octobre 2008, les secours sont alertés par cette assistante maternelle aujourd'hui reconvertie en coiffeuse car la petite Charlotte, qu'elle garde depuis un mois, ne bouge plus. Le bébé décède quatre heures plus tard à l’hôpital Trousseau de Paris. Interrogée par la police, la nounou évoque alors un simple malaise à l'heure du déjeuner. Une explication qui laisse la famille de Charlotte, en bonne santé, dans l'incompréhension totale.  

Un an et demi plus tard le diagnostic est établi. L'autopsie, le scanner cérébral et d'autres examens médicaux mettent en évidence "des lésions rétiniennes" et des "hématomes sous-duraux". Pour les experts, il ne fait aucun doute: Charlotte présente le syndrome du bébé secoué. La nourrice est alors placée en garde à vue. Après avoir nié toute geste inapproprié, elle avoue finalement avoir soulevé d'un demi-mètre le transat dans lequel se trouvait l'enfant avant de le projeter au sol trois ou quatre fois, excédée par ses pleurs. Des aveux réitérés dans les larmes lors du procès, huit ans après le drame.  

En parallèle, les enquêteurs ont mis en lumière d'autres cas de mauvais traitements sur des enfants. "Ce sont des enfants qui ont été gardés par Madame H. et qui ont eu des problèmes de nutrition, il y a le cas d'une petite fille qui a été hospitalisée avec un hématome sous-dural", a expliqué au Figaro Me Pascale Taelman, avocate des parents de Charlotte. "Au départ, les parents n'avaient pas pensé que leurs enfants avaient pu être maltraités". Ainsi, quatre autres informations judiciaires pour violences volontaires sur mineurs sont actuellement en cours d'instruction, dans des procédures séparées. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Quatre autres informations judiciaires pour violences volontaires sur mineurs sont actuellement en cours d'instruction.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-