Une plantation de cannabis dans un collège de Marseille

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 21 octobre 2015 - 13:55
Image
Un plant de cannabis.
Crédits
©Martijn/Flickr
Ventilateurs, lampes, chauffage, irrigation: les plantes illégales avaient tout pour se plaire (photo d'illustration).
©Martijn/Flickr
Un employé d'un collège du 3e arrondissement de Marseille faisait pousser du cannabis dans l'établissement. Sa plantation, bien cachée dans un local technique, comptait une vingtaine de plantes et un outillage presque professionnel.

Il sera difficile de faire croire à une expérience en botanique. Un employé d'un collège de Marseille a été arrêté lundi 19 car il est soupçonné d'avoir fait pousser du cannabis à l'intérieur même de l'établissement scolaire. C'est la principale qui avait découvert sa plantation, en tout une vingtaine de pieds selon France 3 Provence-Alpes, au cours d'une inspection de routine.

Vendredi 16 au soir. La chef d'établissement fait le tour de son collège du 3e arrondissement de marseille déserté par les élèves en ce début de vacances de la Toussaint. Consciencieuse, elle est allée jusqu'à inspecter un petit local technique où elle ne se rendait que rarement. Et là, surprise: dans la pièce de moins de 9m², une plantation de cannabis.

Lampes imitant la lumière solaire, ventilateurs pour aérer, arrosage, irrigation, chauffage: l'installation était loin d'être celle d'un amateur. Une vraie petite plantation destinée à faire s'épanouir les plantes illégales, bien que la quantité reste modeste selon les policiers.

Les investigations des forces de l'ordre, immédiatement prévenues par la principale, les ont menées tout droit à l'un des employés du collège. Cet agent technique âgé d'une trentaine d'années était ainsi le seul, mis à part la chef d'établissement, à posséder les clés du local.

Interpellé dans la foulée et placé en garde à vue, le trentenaire a reconnu les faits. Niant toutefois être un trafiquant, il a assuré que ces plantes étaient destinées à sa consommation personnelle de cannabis. Une version qui serait plausible au vu de la quantité de plantes saisies. Il a été libéré sous contrôle judiciaire en attendant d'autres poursuites.