Une vidéo à caractère sexuel entre un détenu et une surveillante sur Snapchat

Une vidéo à caractère sexuel entre un détenu et une surveillante sur Snapchat

Publié le 17/07/2018 à 08:23 - Mise à jour à 08:26
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une enquête a été ouverte jeudi dernier par l'administration pénitentiaire après la diffusion d'une vidéo à caractère sexuel sur les réseaux sociaux. La séquence qui aurait été filmée au centre de Lille-Sequedin, dans le Nord, montrerait une surveillante stagiaire en train de pratiquer une fellation à un détenu.

L'administration pénitentiaire a ouvert une enquête jeudi 12 après la découverte d'une vidéo à caractère sexuel visiblement tournée au centre de détention de Lille-Sequedin, dans le Nord, et diffusée sur Snapchat.

Tournée en caméra cachée, la séquence montre une surveillante stagiaire en tenue et un détenu torse nu, tout deux dans la cellule de l'homme.

Selon Le Parisien, une télévision émet un léger bruit de fond sur la vidéo. La surveillante a donc été filmée en train de vérifier que personne ne passe dans le couloir avant de s'agenouiller devant le détenu et de pratiquer ce qui ressemble à une fellation.

A voir aussi: Rennes - surveillante de prison, elle approvisionnait les détenus en drogue et en alcool

La courte séquence aurait d'ailleurs été filmée avec le téléphone du jeune homme de la vidéo, mais c'est un de ses codétenus qui l'aurait diffusée sur le réseau social Snapchat.

L'homme a été identifié et est âgé de 26 ans. Il est incarcéré depuis 2017 pour des affaires de trafic du stupéfiants et de vol. Il a été transféré dans un autre centre de détention. Par ailleurs, l'administration pénitentiaire a retrouvé trois téléphones portables dans sa cellule, dont celui qui a été utilisé pour filmer la scène à caractère sexuel.

La surveillante stagiaire est elle aussi en mauvaise posture, puisqu'il est bien évidemment interdit d'entretenir des relations intimes avec les détenus.

La directrice de l'ENAP, Ecole nationale de l'administration pénitentiaire, a demandé l'interruption de sa formation et une procédure disciplinaire a été engagé contre la jeune femme.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La vidéo d'une surveillante en train de pratiquer une fellation sur un détenu a entraîné l'ouverture d'une enquête.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-