Universités bloquées : des étudiants grévistes réclament la moyenne aux partiels

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Universités bloquées : des étudiants grévistes réclament la moyenne aux partiels

Publié le 02/04/2018 à 15:37 - Mise à jour le 03/04/2018 à 06:28
© SYLVAIN THOMAS / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Des étudiants grévistes, qui protestent depuis le mois de mars contre le projet de fusion avec d'autres établissements de la ville et contre la loi sur les modifications d'accès à l'université, ont proposé l'obtention de la moyenne aux partiels en raison du blocage de la fac.

Incidents et blocages se multiplient au sein des universités et ont pris de l'ampleur après la violente agression contre des étudiants à Montpellier, alors que les examens approchent et que la délicate réforme de l'enseignement supérieur commence à s'appliquer.

A Toulouse, des sites de l'université Jean-Jaurès (sciences humaines) sont bloqués depuis mars pour protester contre le projet de fusion avec d'autres établissements de la ville et contre la loi sur les modifications d'accès à l'université (loi ORE, Orientation et réussite des étudiants), accusée d'instaurer un système de sélection. BFMTV révèle ce lundi 2 qu'un étudiant a réclamé l'obtention de la moyenne aux partiels en raison du blocage de la faculté.

Lire aussi - Incidents et blocages dans les universités tandis que les examens approchent

Une idée qui a fait tâche d'huile puisqu'elle a été reprise dans plusieurs faculté. Dans une vidéo diffusée sur Twitter, un jeune homme, visiblement étudiant à l'université Tolbiac de Paris, lance au micro: "Je sais qu'à Toulouse, ils ont voté une motion en assemblée générale pour que tous les étudiants aient au moins 10 à tous leurs partiels". Une intervention saluée par son auditoire et longuement applaudie. En légende de cette vidéo : "À Tolbiac comme à Toulouse, les étudiants bloqueurs demandent d'obtenir 10/20 minimum pour valider automatiquement leur année".

La loi sur les nouvelles modalités d'accès à l'université prévoit "des attendus" pour les licences générales. Si le jeune ne les possède pas, selon les commissions d'examen des dossiers dans les facs, il se verra accepté sous conditions et devra suivre un parcours d'accompagnement.

Des manifestations d'étudiants se sont par ailleurs déroulées ces derniers jours dans plusieurs villes contre des violences perpétrées à Montpellier par des hommes cagoulés et armés de bâtons dans la nuit du 22 au 23 mars dans un amphi bloqué de la fac de droit. Le doyen et un professeur, mis en cause par des témoins, ont été mis en examan, fait rarissime dans l'histoire de l'université française. La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a diligenté une enquête administrative et suspendu jeudi les deux enseignants.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je sais qu'à Toulouse, ils ont voté une motion en assemblée générale pour que tous les étudiants aient au moins 10 à tous leurs partiels", a expliqué un étudiant de Tolbiac.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-