Le directeur d'une école coranique jugé pour avoir rasé et molesté un enfant

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Le directeur d'une école coranique jugé pour avoir rasé et molesté un enfant

Publié le 08/03/2018 à 11:53 - Mise à jour à 11:56
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le directeur d'une école coranique de Sarcelles dans le Val-d'Oise ainsi que trois animateurs de la ville sont ce jeudi devant la justice pour avoir molesté un enfant de 12 ans l'année dernière. Le jeune garçon s'était rendu un soir à un cours d'arabe avec les cheveux teints en blond, et s'était fait raser la tête.

Le directeur d'une école coranique et trois animateurs de la ville de Sarcelles sont jugés ce jeudi 8 par le tribunal correctionnel de Pontoise. Le premier est poursuivi de complicité de violences sur un enfant de 12 ans, et les autres suspects -qui auraient reçu des ordres du directeur en question- de violences aggravées.

Les faits se sont déroulés le 27 avril 2017. L'enfant violenté s'était rendu ce soir-là à son cours d'arabe à la mosquée Foi et Unicité avec une nouvelle coiffure, qui n'a pas du tout plu à son enseignant.

Le jeune garçon s'était teint les cheveux en blond et, selon le directeur de l'école coranique, la religion interdit ce type de coiffures. Il a alors décidé de punir l'enfant.

Lire aussi: Sarcelles - deux adolescents agressent violemment un enfant de 8 ans portant une kippa

Devant témoins, il s'est fait apporter une tondeuse et a rasé son élève, en lui enlevant une bande au milieu du crâne, et en le laissant comme ça au milieu des autres élèves pour l'humilier.

Profondément vexé, le jeune adolescent est rentré chez lui puis est revenu plus tard pour jeter des œufs sur la façade de l'établissement, déclenchant l'ire du directeur de l'école coranique.

Selon Le Parisien, c'est le lendemain que l'enseignant a appelé d'autres personnes pour infliger une violente correction à son élève. Ce dernier a expliqué avoir été isolé dans une pièce et avoir été frappé à de nombreuses reprises par trois hommes, qui lui ont laissé peu de répit entre chaque série de coups. La victime a eu le nez et la bouche en sang.

Le directeur de cette école a reconnu les faits et admis que sa réaction était "disproportionnée". Il a expliqué que, pour lui, la teinture blonde de l'enfant était "un premier pas dans la délinquance".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le directeur d'une école coranique de Sarcelles dans le Val-d'Oise est poursuivi pour complicité de violences sur un enfant de 12 ans.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-