Val-de-Marne: Il poignarde ses quatre invités dans leur sommeil

Val-de-Marne: Il poignarde ses quatre invités dans leur sommeil

Publié le 22/10/2018 à 07:53 - Mise à jour à 07:55
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un migrant afghan d'une trentaine d'années a poignardé samedi quatre personnes qu'il avait invitées à dormir, à Nogent (Val-de-Marne). Il aurait été pris d'une crise de démence.

Ce serait un coup un "coup de folie", c'était en tout cas au lendemain de l'agression la seule explication qu'avait pu trouver les enquêteurs pour expliquer qu'un homme ait poignardé quatre de ses amis dans leur sommeil, alors qu'il les avait invités à dormir, pour la nuit du vendredi 19 au samedi 20.

Les faits rapportés par Le Parisien se sont déroulés dans un appartement appartenant à une association aidant les migrants à se loger et situé à  Nogent, dans le Val-de-Marne. L'individu qui y résidait, un Afghan d'une trentaine d'années, avait donc proposé à plusieurs de ses connaissances de les héberger.

Voir: Bobigny: il poignarde une femme de 84 ans à 42 reprises

Six personnes dormaient sur place lorsqu'à l'aube, l'hôte s'est emparé d'un couteau de cuisine et s'est jeté sur ses amis qui dormaient encore. Il a poignardé quatre d'entre eux, en blessant grièvement deux qui se trouvaient toujours dimanche 21 dans un état grave à l’hôpital Sainte-Camille à Bry-sur-Marne. Toutefois, selon le quotidien, leurs jours n'étaient plus en danger. Les deux autres victimes, plus légèrement touchées, ont été brièvement hospitalisées.

L'auteur des coups de couteau a été interpellé et placé en garde à vue. Les motifs de son geste restaient encore incompris au lendemain des faits. Selon les enquêteurs, il aurait été pris d'une "crise de  démence".

Ce sera toutefois à la justice et aux experts psychiatres de définir si le jugement de l'individu était totalement "aboli" au moment de l'agression, ce qui le rendrait pénalement irresponsable. Il ne pourrait alors pas être condamné mais faire l'objet d'un placement contraint en établissement psychiatrique.

Lire aussi:

Nord: poignardé à mort par voisin car la musique était trop forte

Paris: poignardé à mort à 17 ans pour une trottinette

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme aurait poignardé ses amis dans leur sommeil après une "crise de démence".

Newsletter





Commentaires

-