Val-de-Marne: une nourrice comparaît devant la justice pour avoir secoué un bébé, devenu aveugle

Val-de-Marne: une nourrice comparaît devant la justice pour avoir secoué un bébé, devenu aveugle

Publié le 18/05/2015 à 09:40 - Mise à jour à 10:09
©Philippe Put/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Soupçonnée d'avoir violemment secoué un bébé dont elle avait la garde en septembre 2008, une nourrice est jugée à partir de ce lundi devant la cour d'assises du Val-de-Marne. Agé aujourd'hui de sept ans, l'enfant, aveugle, est frappé d'un handicap physique et mentale sévère.

C'est une histoire comme on ne voudrait plus en entendre. Soupçonnée d'avoir violemment secoué un bébé dont elle avait la garde, et qui est devenu aveugle et hémiplégique, une nourrice de Villejuif est jugée à partir de ce lundi devant la cour d'assises du Val-de-Marne pour violences volontaires.

Les faits se sont déroulés en septembre 2008. Il n'a suffit que d'un geste pour que la vie du bébé de sept mois et demi bascule. Alors qu'elle venait d'être engagée pour s'occuper de lui, la nourrice, qui gardait des enfants depuis quelques mois sans agrément, l’a violemment secoué à deux reprises, lui causant des lésions qui ne disparaîtront plus jamais. Le soir même, vers 21 heures, la mère, venue récupérer son fils qu'elle avait déposé le matin, le retrouve les yeux gonflés, comme paralysé.

Hospitalisé le lendemain, le garçon, qui souffre d'un "traumatisme crânien violent", tombera dans le coma pendant 48 heures. Face aux enquêteurs, la nourrice, âgé de 38 ans à l'époque et mère de trois enfants, avait d'abord affirmé que le bébé avait chuté du canapé avant de reconnaître l'avoir secoué à deux reprises, expliquant d'une part avoir été "énervée par ses pleurs". Puis, elle a ensuite reconnu l'avoir secoué une seconde fois pour le réveiller avant l'arrivée de ses parents.

Aujourd'hui âgé de sept ans, la victime est aveugle et atteint d'une hémiplégie droite et d'une paralysie du bras droit. Il présente également un retard moteur cérébral sévère. 

Placée sous contrôle judiciaire, la nourrice comparaît libre et devra à partir de ce lundi revenir sur le déroulé de cette journée devant les jurés de la cour d'assises du Val-de-Marne. Le verdict est attendu mercredi 20.

 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Après avoir été violemment secoué, l'enfant est tombé dans le coma pendant 48 heures.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-