Val-d'Oise: 6 mineurs aux assises pour le viol dans une cave d'une ado de 14 ans, le tout filmé et diffusé sur Snapchat

Val-d'Oise: 6 mineurs aux assises pour le viol dans une cave d'une ado de 14 ans, le tout filmé et diffusé sur Snapchat

Publié le 09/10/2017 à 10:42 - Mise à jour à 10:49
© Philippe Huguen / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Ce lundi s'ouvre devant une cour d'assises pour mineurs le procès de six jeunes hommes accusés d'avoir participé à un viol collectif abject. Pendant deux heures, la victimes a subi des violences sexuelles extrêmes, le tout sous les insultes de témoins, dont un a filmé la scène et l'a diffusé sur les réseaux sociaux.

Elle avait 14 ans à l'époque des faits. Et elle a subi des actes qui la traumatiseront sans doute le reste de sa vie. Ce lundi 9 s'ouvre devant la cour d'assises des mineurs du Val-d'Oise le procès de six accusés mineurs au moment des faits? Ils sont accusés d'avoir fait subir à l'adolescente un viol collectif particulièrement brutal dans la cave d'une cité de la commune d'Herblay, dans le Val-d'Oise.

Les faits remontent à l'hiver 2015. Le 19 février, la jeune fille rencontre un garçon qui l'emmène dans un garage en compagnie d'un autre jeune homme. Là, les deux agresseurs vont imposer à la collégienne des fellations, le tout filmé. Cette première agression est déjà un viol caractérisé particulièrement sordide. Ce n'est rien en comparaison de ce qui va venir.

Le 23 février, l'adolescent qui l'avait piégée la recontacte et exige une nouvelle "rencontre" sous la menace de la diffusion sur les réseaux sociaux des rapports bucco–génitaux imposés quatre jours auparavant. Elle se rend au "rendez-vous" accompagnée d'une amie. Rapidement, dans des circonstances qui seront sans doute éclaircies à la barre, l'agresseur présumé parvient à isoler la victime dans une cave et commence les premiers attouchements. Un deuxième agresseur arrive. Puis une quinzaine, voulant assister ou participer au viol en train de débuter. Il va durer deux heures et sera entièrement filmé pour être diffusé sur Snapchat.

La victime décrira dans sa plainte des pénétrations anales répétes par plusieurs agresseurs dans différentes pièces du sous-sol pendant que les témoins de la scène insultent la victime et qu'un autre tient le mobile captant les images abjectes de la jeune fille violée.

L'adolescente portera plainte le 27 février. Les participants à cette "tournante" sont facilement identifiés, notamment grâce à des prélèvements ADN. Au tribunal lors de ce procès qui devrait durer 12 jours, et lors de laquelle la victime fera face à ses bourreaux présumés, six hommes comparaîtront, cinq pour viol en réunion et un pour complicité ayant filmé et diffusé les images. Un majeur sera poursuivi ultérieurement pour complicité. Deux autres agresseurs enfin seront poursuivi mais par un tribunal pour enfants ayant moins de 16 au moment du crime. Un seul accusé est en détention provisoire, tous les autres comparaitront libres. Tous nient les faits qui leur sont reprochés, affirmant soit avoir seulement été présents sans participation au viol, soit en assurant que la victime était consentante.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les six accusés étaient mineurs au moment des faits.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-