Valence: la direction d'un lycée accusée de mesurer la longueur des jupes de ses élèves

Valence: la direction d'un lycée accusée de mesurer la longueur des jupes de ses élèves

Publié le 30/03/2017 à 15:54 - Mise à jour à 16:23
©Capture d'écran Twitter
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Actuellement sous le feu des critiques, la direction du lycée Emile Loubet de Valence (Drôme) est accusée de "mesurer les jupes" des filles avant qu'elles n'aillent en cours mais aussi de vérifier qu'elles ne mettent pas trop de maquillage. Les élèves de l'établissement appellent à manifester pour dénoncer ces pratiques.

C'est la tolérance zéro. La direction du lycée Emile Loubet de Valence (Drôme) a récemment pris des décisions jugées "sexistes". Selon certains élèves, il y est interdit de porter des jupes trop courtes et des jeans troués. Et pour que le nouveau règlement soit bien respecté, la proviseure et son adjointe auraient des pratiques suspectes. Elles sont ainsi accusées de "mesurer les jupes" des filles avant qu'elles n'aillent en cours mais aussi de vérifier leur maquillage. S'il est trop prononcé ou bien si les tenues ne sont pas jugées "adéquates", elles sont invitées à faire demi-tour.

Par conséquent, plusieurs lycéennes ont lancé un appel à manifester: elles dénoncent les renvois à la maison, les remarques uniquement faites aux femmes mais aussi l'atteinte à la "liberté d'expression". Un rassemblement est donc prévu le mardi 4 avril devant l'établissement scolaire.

Pour rappel, cette polémique a éclaté suite à la publication d'un tweet. Récemment, une lycéenne a eu l'idée de photographier sa tenue et de poster la photo sur Twitter pour que les internautes puissent juger de son accoutrement "indécent". Suite à quoi, les commentaires ont rapidement fusé et les langues ont commencé à se délier. D'autres élèves du lycée se sont alors plaints des pratiques de la direction.

Alors pour vérifier les dires de ces jeunes femmes, Nordy Granger (@NordenGail), un membre du collectif Réseau d'opération solidaire et d'action (Rosa) s'est emparée de l'affaire. Après avoir recueilli des dizaines de témoignages, elle a alerté de cette situation via un communiqué publié sur son compte Twitter.  "A ces adolescentes, on demande qu'elles mettent les mains le long du corps pour vérifier si leur short ou jupe arrive bien plus bas que le bout de leurs mains tendues", a-t-elle déclaré. 

Pourtant, la direction continue de nier. "C'est du délire. On n'a que ça à faire mesurer les jupes! Nous avons demandé aux élèves, sans distinction de filles ou de garçons, d'éviter de venir avec des jeans troués, car certains petits trous étaient devenus des gouffres, et c'est tout", a déclaré au Dauphiné Libéré Pascale Frantschi, la proviseure. Et d'ajouter: "Quant au maquillage, nous n'avons jamais rien dit, nous avons des filles et des garçons aux cheveux verts, roses ou bleus. Et personne n'a été exclu, contrairement à ce qui se raconte".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plusieurs lycéennes dénoncent une atteinte à la "liberté d'expression".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-