Vaucluse: un prisonnier appelle les secours depuis sa cellule, il dit avoir été agressé par des surveillants

Vaucluse: un prisonnier appelle les secours depuis sa cellule, il dit avoir été agressé par des surveillants

Publié le 02/08/2017 à 11:58 - Mise à jour à 12:10
© GEORGES GOBET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un détenu du centre pénitentiaire d’Avignon-Le Pontet (Vaucluse) s'est procuré un téléphone portable pour joindre les pompiers. Il leur a expliqué qu'il avait été passé à tabac par des surveillants de l'établissement.

Malgré l'interdiction, il a réussi à appeler les secours. Un détenu du centre pénitentiaire d’Avignon-Le Pontet (Vaucluse) s'est procuré un téléphone portable pour joindre les pompiers. Au bout du fil, il leur a expliqué qu'il avait été passé à tabac par des surveillants de l'établissement.

Les faits remontent au 13 juillet dernier. Alors qu'il rentrait de permission, le détenu s'est fait fouiller par des gardiens, lesquels sont tombés sur une boulette de résine de cannabis. C'est à ce moment-là que les choses ont dégénéré. D'après l'avocat du prisonnier, le détenu aurait été roué de coups par trois surveillants. Et aucun soin ne lui aurait été prodigué malgré ses demandes incessantes. Il aurait donc demandé à un autre détenu de l'aide par la fenêtre, lequel lui aurait envoyé un téléphone portable.

Les pompiers sont donc intervenus et ont diagnostiqué un hématome sur l’avant-bras, une ecchymose au niveau de l’oreille droite, une contusion costale et un arrachement osseux à l’épaule. Pris en charge, le détenu de 31 ans, incarcéré depuis début juin pour un délit routier, s'est vu prescrire trois jours d'ITT, selon La Provence. Son avocat a déposé plainte auprès du procureur de la République de grande instance d’Avignon.

Outre ces violences supposées, l'homme serait également victime de menaces depuis cet incident, lequel n'aurait été suivi d'aucun rapport officiel. "Le pire c’est que rentré de l’hôpital il n’a eu aucun traitement. Moi j’ai peur, j’ai la boule au ventre. S’il reste là-bas et qu’il est tous les jours harcelé, est-ce qu’il va tenir le coup?", a expliqué Sandra, la compagne du détenu, citée par BFMTV.

De son côté, la direction de la prison a totalement réfuté la version de l'avocat."Aucune blessure n'a été constatée par les personnels pénitentiaires à ce moment-là", a assuré à Franceinfo Magalie Brutinel, la directrice adjointe de l'établissement.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le détenu a expliqué qu'il avait été passé à tabac par des surveillants de l'établissement.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-