RATP: verbalisée à quatre ans et trois jours, les parents saisissent le Défenseur des droits

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

RATP: verbalisée à quatre ans et trois jours, les parents saisissent le Défenseur des droits

Publié le 15/04/2019 à 07:34 - Mise à jour à 07:45
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Selon le journal La République de Seine-et-Marne dimanche 14, la RATP a accepté de classer sans suite une contravention dressée à une fillette de quatre ans et trois jours qui n'avait pas de billet. Si la régie a joué l'apaisement, elle rappelle que la gratuité ne concerne que les voyageurs de moins de quatre ans.

Les contrôleurs de la RATP, la régie des transports en commun en Ile-de-France, n’ont visiblement rien voulu savoir. Comme le rapporte le journal local La République de Seine-et-Marne (voir ici), une fillette âgée de quatre ans et trois jours a été verbalisée par des agents chargés du contrôle des billets. L’enfant voyageait sans titre de transport –ceux-ci n’étant gratuits qu’en-dessous de quatre ans– et a écopé d’une amende de 100 euros (en cas de non-paiement d’un tarif réduit de 80 euros sous 20 jours - voir ici).

Les parents de la petite fille ont décidé de saisir la déléguée du Défenseur des droits du secteur de Chessy/Coulommiers dans le département de Seine-et-Marne. D’après le journal, les parents qui ne souhaitaient visiblement pas payer l’amende ont été menacés de poursuites par la RATP.

Lire aussi: A Paris, l'air du métro est jusqu'à 30 fois plus pollué qu'à l'extérieur

L’intervention de la déléguée auprès de la régie a permis de calmer la situation, la contravention ayant finalement été classée sans suite. La RATP, sans remettre en cause le bien-fondé de l’amende a admis que son règlement n’est pas très clair.

Pour rappel en effet, les transports en communs de la RATP sont gratuits "jusqu’à quatre ans" (soit jusqu’à trois ans et 364 jours), les enfants ayant donc déjà atteint l’âge de quatre ans ne sont pas concernés par cette exonération. Les enfants de quatre à dix ans, eux, bénéficient d’un demi-tarif.

Voir aussi:

Paris: hausse des vols à la tire dans le métro

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'enfant voyageait sans titre de transport, étant trop vieille de trois jours pour bénéficier de la gratuité.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-