Vichy: nu, il volait les culottes de sa voisine depuis cinq ans

Vichy: nu, il volait les culottes de sa voisine depuis cinq ans

Publié le 01/08/2017 à 16:54 - Mise à jour à 17:16
©Wikimedia Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un couple vivant à Vichy, et qui déplorait depuis 2012 des vols de sous-vêtements, a installé des caméras de surveillance pour y mettre fin. Les images ont révélé que c'est un voisin qui, nu, pénétrait chez eux par un soupirail pour dérober cet étrange butin.

Il aura fallu cinq ans et la mise en place d'un système de vidéosurveillance pour qu'un couple parvienne à élucider le mystère de la disparition des sous-vêtements de Madame. L'affaire révélée lundi 31 et pour le moins insolite a eux lieu à Vichy (Allier).

Depuis 2012, les membres de ce couple avaient constaté que quelqu'un dérobait des petites culotes chez eux, révèle La Montagne. Une situation qui se produisait environ une à deux fois par an. Mais surtout, les victimes ne comprenaient pas comment un individu parvenait à se faufiler chez elles sans laisser d'autres traces qu'un tiroir à sous-vêtements vide. Elles ont même changé toutes les serrures de leur logement à deux reprises au cours de cette période. Ce qui n'a eu aucun impact sur les vols.

Excédé, le couple a décidé de miser sur la vidéosurveillance et d'installer des caméras. Celles-ci ont finalement révélé le pot aux roses. L'auteur des vols se trouvait être leur voisin, un homme de 48 ans. S'il n'était guère gêné par les nouvelles serrures, c'est qu'il passait par un soupirail dont il retirait à son arrivée un des barreaux qu'il replaçait soigneusement à son départ.

Fait insolite dans une affaire qui l'est déjà beaucoup, lors de sa dernière opération immortalisée par les caméras, le passe-muraille ne portait aucun vêtement, seulement une lampe frontale. Autre preuve découverte, les sous-vêtements soigneusement conservés dans un box.

Le voleur était inconnu des services de police. Il devrait être convoqué en décembre prochain pour s'expliquer. Il risque jusqu'à sept ans de prison et 100.000 euros d'amende pour vol "commis dans un local d'habitation (...)en pénétrant dans les lieux par ruse, effraction ou escalade" (article 311-5 du code pénal).

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le voleur ne portait qu'une lampe frontale lors de sa dernière opération.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-