Victime d'un AVC, il attend 8 heures aux urgences de Nîmes

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Victime d'un AVC, il attend 8 heures aux urgences de Nîmes

Publié le 13/03/2018 à 08:58 - Mise à jour à 08:59
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le quotidien "Midi Libre" relate ce mardi la mésaventure d'un Nîmois le 13 février dernier. L'homme victime d'un malaise, qui s'avérera être un accident vasculaire cérébral (AVC) a attendu huit heures aux urgences sans recevoir de soins. Il est finalement reparti par ses propres moyens.

C'est une affaire embarrassante qui aurait pu se terminer tragiquement que relate le journal Midi Libre ce mardi 13. Un homme qui s'est retrouvé victime d'un AVC, visiblement léger, a été envoyé aux urgences. Il y est resté huit heures sans soin avant de repartir seul, par ses propres moyens.

L'homme, un habitant de Nîmes, explique que le 13 février à 20h30 il a été terrassé par un malaise qui l'a fait tomber au sol, sans force dans les membres. Son épouse appelle le "15" qui décide d'envoyer une ambulance. L'intervention est rapide: une demi-heure plus tard, la victime est aux urgences.

De 21h, à 5h du matin, l'homme (qui a entretemps retrouvé une certaine mobilité) assure qu'aucun médecin n'est venu le voir. Le patient menace de partir et explique au journal qu'on lui aurait laissé entendre que cela "arrangerait" l'équipe médicale. A 5h15, le patient repart en taxi. Dans la foulée, il va voir son médecin traitant qui ordonne une IRM qui montrera de quoi a souffert le témoin: un accident vasculaire cérébral. Pour rappel, lors de la survenue d'un AVC le principal facteur de survie et de garantie de traverser l'épisode sans séquelle est… la rapidité de la prise en charge.

Lire aussi - Nièvre: 35 maires remettent leur démission contre la fermeture d'urgences de nuit

La direction du CHU de Nîmes a confirmé la mésaventure arrivée au patient. Elle explique que la victime est malheureusement tombée un soir de très forte affluence, dans un service des urgences qui a connu en 217 une explosion de 6,2% des consultations (84.980 patients accueillis).

Le témoin lui-même admet qu'il est retourné depuis sa mésaventure aux urgences pour un autre malaise, sans lien apparent avec son AVC, et qu'il a pu bénéficier d'une prise en charge rapide et de qualité.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-