Vidéo du prêtre qui gifle un bébé: les parents portent plainte

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Vidéo du prêtre qui gifle un bébé: les parents portent plainte

Publié le 22/06/2018 à 10:55 - Mise à jour à 11:12
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

La vidéo d'un prêtre giflant un bébé qui pleurait pendant son baptême est devenue virale depuis jeudi et a suscité une vague d’indignation et de colère. Les parents auraient déposé plainte.

Une plainte aurait été déposée contre le prêtre qui a giflé un bébé lors d'un baptême. La vidéo de cette scène, diffusée sur Internet, est rapidement devenue virale et a provoqué une vague de commentaires indignés, mais pas seulement.

La famille aurait en effet reçu "une multitude de messages d’insultes" selon une journaliste du Figaro qui avait relayé la vidéo sur Twitter. Visiblement choqués, les adultes (parents ou parrains) autour de l'enfant ont en effet laissé passer quelques secondes avant de retirer, difficilement, l'enfant des bras du prêtre.

"Ils ont entrepris les démarches nécessaires à l’encontre du prêtre qui a violenté leur fils. (...) Une plainte a été déposée", a-t-elle précisé.

Voir: Un prêtre gifle un bébé lors d'un baptême et provoque l'indignation (vidéo)

Les violences sur mineurs de 15 ans n'ayant pas entraîné d'incapacité de travail sont punissables de trois ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende. Une peine qui peut être alourdie en cas de cumul de circonstances aggravantes comme "la particulière vulnérabilité" due à l'âge de la victime ou le fait que l'auteur des violences ait "autorité" sur elle.

La référence aux interruptions de travail témoigne cependant du décalage existant entre la loi et les cas de gifles ou fessées infligées aux jeunes enfants. Un débat qui fait rage en France depuis plusieurs années. Si un "droit de correction légère" est reconnu par la jurisprudence française, il ne l'est qu'à destination des parents. On ignorait ce vendredi quel motif avait été invoqué dans la plainte des parents.

En plus de ces considérations juridiques, la vidéo semble embarrasser l'Eglise de France. Contactée par France-Soir, elle n'a pas donné suite. Ni le prêtre ni le diocèse concernés n'ont été identifiés pour l'instant.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les parents auraient déposé plainte contre le prêtre qui a giflé leur enfant pendant son baptême.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-