Vigipirate: le Service de la protection "sur le point de craquer"

Vigipirate: le Service de la protection "sur le point de craquer"

Publié le 24/09/2015 à 18:10 - Mise à jour à 18:14
©DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les agents du Service de la Protection cumuleraient des centaines de milliers d'heures supplémentaires. Quatorze d'entre eux envisagent de porter plainte contre l'Etat pour "mise en danger de la vie d’autrui et travail dissimulé".

Ils font partie des corps d'élites de la police française et ont réalisé plus de 1,3 million d'heures supplémentaires non-payés depuis la mise en place du plan Vigipirate renforcé suite aux attentats de janvier. Ces hommes, "sur le point de craquer", font partie du Services de la protection (SDLP), les gardes du corps de la République, dont la mission est d'assurer la protection du président de la République, des ministres ou encore des personnes menacées.

"Ce sont des milliers et des milliers d’heures par fonctionnaire qui se sont accumulées, avec des cadences souvent infernales, des récupérations souvent impossibles. Tout ça jusqu’à épuisement du fonctionnaire", indique France Info qui révèle l'information. Pour arriver à ce chiffre ahurissant, les policiers d’élite dénoncent des cadences infernales, des nuits sans dormir, des semaines sans repos.

Alors que 150 personnalités bénéficient aujourd’hui d’une protection rapprochée, le carnet d'adresses ne cesserait de grossir… et les heures supplémentaires de s'accumuler par milliers, voire par millions. "Avec des cadences souvent infernales, des récupérations souvent impossibles. Tout ça jusqu'à épuisement du fonctionnaire", selon le syndicat des policiers Alliance, qui évoque "des nuits sans dormir, des semaines sans repos".

Toujours selon France Info, la situation des hommes du SDLP est devenue tellement délicate qu’ils envisagent de porter plainte pour "mise en danger de la vie d’autrui et travail dissimulé" par l’intermédiaire de 14 d’entre eux. 

"Il faudrait prendre en compte ce qu'ils ressentent. Ça éviterait peut-être justement que des fonctionnaires aillent saisir, par l'intermédiaire d'un avocat, la Justice pour exprimer leur mal-être", a expliqué Jean-Claude Delage, le patron d'Alliance qui demande donc au ministre de l’Intérieur d’écouter les fonctionnaires. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les hommes du SDLP ont effectué plus de 1,3 million d'heures supplémentaires depuis les attentats de Paris.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-