Villejuif: plainte d'une ancienne patiente d'un hôpital psychiatrique pour "traitements inhumains"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Villejuif: plainte d'une ancienne patiente d'un hôpital psychiatrique pour "traitements inhumains"

Publié le 06/04/2017 à 12:49
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une jeune femme a déposé un recours contre l'hôpital psychiatrique Paul-Guiraud de Villejuif devant le tribunal administratif de Melun. Elle estime avoir subi des "traitements inhumains et dégradants".

"Digne des années 50", voilà comment Sabrina, ancienne patiente d'un hôpital psychiatrique Paul-Guiraud de Villejuif définit les traitements qui lui ont été infligés au cours de son internement. Pour dénoncer cela, la jeune femme a déposé un recours contre cet établissement psychiatrique pour "traitements inhumains et dégradants" devant le tribunal administratif de Melun.

Le calvaire de Sabrina débute en 2006. Elle est alors en pleine dépression suite à un régime sévère, tombe dans l'anorexie et fini par peser à peine une trentaine de kilos explique BFMTV qui cite le journal Le Parisien. Face au calvaire de sa fille, son père la fait admettre à l'hôpital Paul-Guiraud de Villejuif. Face au refus de se nourrir de la jeune femme, un médecin décide de son placement en isolement où elle est alimentée par une sonde gastrique.

La jeune femme confie au quotidien se souvenir "des craquelures du plafond et des oiseaux à travers les barreaux. J'étais devenue un animal qu'on gave". Elle explique également se rappeler de la présence de cinq infirmiers qui l'attachaient au lit avec des sangles: "j'avais encore arraché ma sonde. Je me suis sentie tellement humiliée".

En France, 400.000 personnes sont hospitalisées chaque année dans des établissements et services psychiatriques. En mars dernier, la Haute autorité de santé avait dénoncé dans un rapport certaines conditions de maintien à l'isolement dans les hôpitaux psychiatriques. Et de rappeler "que l’isolement et la contention ne doivent être mis en œuvre que dans des situations précises, pour des patients hospitalisés en soins sans consentement en psychiatrie". "Il doit s’agir de faire face à un danger important et imminent pour le patient ou autrui. Ce sont des techniques de dernier recours, après échec de mesures alternatives, la priorité étant de prévenir les épisodes de violence", ajoutait cette instance.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Face au refus de se nourrir de la jeune femme, un médecin décide de son placement en isolement où elle est alimentée par une sonde gastrique.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-