Villeurbanne: faux enlèvement et vraie garde à vue pour trois jeunes qui voulaient "faire le buzz"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Villeurbanne: faux enlèvement et vraie garde à vue pour trois jeunes qui voulaient "faire le buzz"

Publié le 29/12/2016 à 08:55 - Mise à jour à 09:04
©Witt/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Trois jeunes ont orchestré un faux enlèvement en pleine rue mardi soir à Villeurbanne (Rhône), mobilisant de nombreux policiers qui ont rapidement découvert le pot aux roses. Les auteurs du canular qui voulaient juste faire parler d'eux ont été placés en garde à vue.

L'affaire a été vite réglée, et pour cause, il s'agissait d'un canular qui pourrait tout de même coûter cher à ses organisateurs. Trois jeunes d'une vingtaine d'années chacun ont été placés en garde à vue mardi 27 au soir à Villeurbanne, dans la métropole lyonnaise, après avoir organisé un faux enlèvement. L'objectif était de haut niveau: faire parler d'eux ou "créer le buzz" selon leurs propres mots. Une blague qui n'a pas l'air d'avoir amusé les nombreux policiers qui ont dû intervenir.

Mardi vers 21 heures, l'un des trois comédiens est "enlevé" par ses deux comparses, grimés, qui l'attrapent en pleine rue et le jette dans un 4x4 comme il est de coutume dans n'importe quel film d'espionnage. Bonne nouvelle pour ces jeunes qui voulaient attirer l'attention: un témoin assiste à la scène. Moins bonne nouvelle: il a le temps de noter le numéro d'immatriculation du véhicule et prévient les forces de l'ordre.

C'est sans grandes difficultés que la police va retrouver la voiture près du domicile de son propriétaire. Une patrouille la repère. Elle est évidement vide mais les policiers ne peuvent alors pas encore imaginer qu'il s'agit d'un canular. Des renforts sont demandés, dont les hommes de la brigade anticriminalité (BAC), pour préparer une perquisition.

Elle n'aura finalement pas lieu. Car les policiers repèrent un groupe d'une dizaine de personnes qui ne manquent rien de la scène, précise Le Progrès. Un curieux manège qui pousse les fonctionnaires à les interroger. C'est là que les trois plaisantins avouent être les auteurs des faits, ajoutant que ce n'est pas la première fois qu'ils se prêtent à l'exercice pour "créer le buzz".

Malheureusement pour eux, ce bref moment de célébrité les a conduit au poste. Placés en garde à vue, les trois individus devraient avoir à répondre de "fausse alerte" et "déclenchement inutile des services de secours", leur petite blague ayant mobilisé sept équipages de police en plein état d'urgence.

Selon l'article 322-14 du code pénal: "Le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information dans le but de faire croire qu'une destruction, une dégradation ou une détérioration dangereuse pour les personnes va être ou a été commise est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. Est puni des mêmes peines le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l'intervention inutile des secours".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La mauvaise blague a mobilisé sept équipages de police dont les hommes de la BAC.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-