Viol: 13% seulement des personnes se déclarant victimes déposent plainte

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Viol: 13% seulement des personnes se déclarant victimes déposent plainte

Publié le 08/02/2017 à 08:32 - Mise à jour à 08:33
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le viol reste encore un tabou pour la plupart des victimes. Seulement 13% des victimes vont déposer plainte et une sur cinq n'a jamais parlé de son agression à qui que ce soit.

Une victime de viol sur cinq n'a jamais parlé de son agression et seules 13% des personnes se déclarant victimes ont déposé plainte, affirme mercredi une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Qualifié de crime et puni de 15 ans de réclusion criminelle, "le viol est l'agression sexuelle la plus grave et probablement la plus traumatisante pour la victime" et pourtant c'est "l'une des infractions les moins signalées à la police", relève l'ONDRP dans sa note.

Environ une victime de viol sur cinq se déplace à la police ou à la gendarmerie pour déclarer l'agression (19%): 13% déposent plainte, 4% font une main courante et 2% s'en tiennent là.

Celles qui ne se déplacent pas préfèrent trouver une autre solution dans 67% des cas et pensent que cela ne servira à rien dans 66% des situations. Au total, 62% des victimes n'informent ni la police ni la gendarmerie pour "éviter des épreuves supplémentaires".

Parmi les autres interlocuteurs, "près de 63% des victimes se confient à un proche, 21% consultent un médecin et plus d'un quart des victimes voient un psychologue ou un psychiatre à la suite des événements", poursuit cette étude.

Seuls 12% d'entre elles appellent un numéro vert ou un autre service téléphonique d'aide aux victimes et 9% rencontrent les membres d'une association à la suite de leur agression.

Âgées de 18 à 75 ans, 290 personnes, ayant déclaré un viol au cours des deux années précédentes, ont répondu à une enquête "cadre de vie et sécurité" réalisée entre 2008 et 2015, notamment par l'Insee et l'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales).

"En raison de la faiblesse des effectifs de l'échantillon, la présente étude ne permet que d'apporter des ordres de grandeur", précise l'ONDRP, ajoutant qu'elle ne permet pas non plus "de connaître l'ordre dans lequel les victimes se confient aux différents interlocuteurs".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le dépôt de plainte reste une démarche largement minoritaire.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-