Viol et meurtre d'Agnès Marin: l'Etat reconnu coupable pour des "négligences fautives", les parents indemnisés

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Viol et meurtre d'Agnès Marin: l'Etat reconnu coupable pour des "négligences fautives", les parents indemnisés

Publié le 03/05/2017 à 17:38 - Mise à jour à 17:53
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Agnès Marin avait 13 ans en 2011 quand elle a été violée, tuée puis son cadavre brûlé par Matthieu Moulinas, 17 ans, un adolescent violeur et sous suivi judiciaire. Mais l'Etat n'a pas rempli efficacement ses obligations a estimé le tribunal de grande instance de Paris, et ses négligences ont favorisé le passage de l'acte de l'assassin, condamné à perpétuité.

L'Etat a une part de responsabilité dans la mort d'Agnès Marin, assassinée le 16 novembre 2011 par Matthieu Moulinas au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire). C'est la décision rendue par le tribunal de grande instance de Paris le 24 avril qui a décidé d'octroyer 50.000 euros à chacun des parents de l'adolescente de 13 ans, 25.000 euros à son frère et 20.000 euros à ses trois grands-parents encore vivants.

Le jour du crime, Agnès Marin, élève à l'internat du collège-lycée privé Cévenol (qui a depuis mis la clé sous la porte) est violée sous la menace d'un couteau, tuée de 17 coups portés avec l'arme, puis brûlée par un élève de 17 ans du même établissement. Or, le profil de ce dernier était hautement sensible. Matthieu Moulinas avait été impliqué 16 mois plus tôt dans un viol, déjà sur une autre camarade de classe. Incarcéré plusieurs mois avant d'être remis en liberté, l'adolescent toxicomane et décrit lors de ses deux procès comme ayant des "traits pervers très actifs et effrayants" devait se soumettre à un suivi psychologique strict.

Habitant dans le Gard, ses parents avaient réussi après les refus d'autres établissements à l'inscrire au Chambon-sur-Lignon. Mais de très nombreux dysfonctionnements vont émailler le suivi judiciaire du jeune garçon. Entre un directeur d'établissement qui affirmera ne pas connaître la gravité des faits commis dans le passé par Matthieu Moulinas, des contrôles visiblement assez relâchés, et un établissement en rien adapté au profil du jeune homme (le lieu n'était pas fermé et jouxtait une forêt où Matthieu Moulinas avait entraîné sa victime), c'est une série de "négligences fautives" qu'a pointé du doigt le tribunal. Il n'a pourtant pas répondu aux attentes de la famille d'Agnès Marin, qui demandait en tout 2,25 millions d'euros (et qui n'en obtient donc que 185.000).

Matthieu Moulinas a été condamné à la prison à perpétuité (peine confirmée en appel), une peine très rarement prononcée pour un accusé mineur au moment des faits.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La justice a estimé que l'Etat a manqué à ses obligations.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-