Viol et meurtre du petit Tom: le suspect passe aux aveux

Viol et meurtre du petit Tom: le suspect passe aux aveux

Publié le 31/05/2018 à 12:25 - Mise à jour à 12:27
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le principal suspect dans le viol et le meurtre du petit Tom lundi dans l'Aisne est partiellement passé aux aveux. Devant un juge d'instruction il a expliqué se souvenir de "flashs" dans lesquels il se revoit frapper l'enfant.

Il est revenu sur sa version des faits. Le jeune homme en garde à vue dans l'affaire du viol et de la mort du petit Tom à Le Hérie-la-Viéville dans l'Aisne est passé, en partie, aux aveux. Il avait été présenté devant un magistrat instructeur ce jeudi 31 au matin.

Selon LCI, alors qu'il niait son implication dans l'affaire depuis son interpellation mardi 29, Jonathan M. aurait reconnu "partiellement" les faits qui lui sont reprochés dont il se souviendrait de "flashs" dans lesquels il se revoit frapper l'enfant.

Pour rappel, le corps de ce petit garçon de 9 ans a été retrouvé lundi au soir par les gendarmes, quasiment nu, caché sous des orties et une planche en bois dans le jardin d'une maison abandonnée. Des traces d'hydrocarbure ont été retrouvées sur l'enfant, et des végétaux à proximité présentaient des traces de début de combustion. Laissant penser que le bourreau de Tom a essayé de se débarrasser du corps en l'incendiant.

Lire aussi - Aisne: un homme en garde à vue après la découverte du corps d'un garçon de 9 ans, probablement violé

Quelques heures plus tôt, sa mère avait signalé sa disparition car il n'était pas rentré de sa cueillette de cerises, qu'il était allé faire avec un copain de 11 ans, et une personne majeure.

Lors d'une conférence de presse mercredi, le procureur de Laon a annoncé que le petit garçon avait succombé à des lésions consécutives à un traumatisme crânien. "L'autopsie pratiquée mardi a révélé que la mort" du petit Tom "est due à un traumatisme crânien" et "des traces de viol ont été mises en évidence" a déclaré le procureur Baptiste Porcher. Ce dernier doit s'exprimer de nouveau devant la presse ce jeudi à 14h.

Voir - Mort du petit Tom: l'autopsie confirme le viol et le traumatisme crânien

La mère du suspect, Marie-Noëlle, avait témoigné dans Le Parisien, et avait confié que son fils souffrait de problèmes psychiatriques et que, si les investigations révélaient qu'il avait tué Tom, il n'était pas responsable de ses actes. "Si jamais Jonathan était concerné, ça ne pourrait être qu’un coup de folie. Il est malade. Il ne faudrait pas le mettre en prison car ça ne servirait à rien mais le soigner", avait-t-elle ainsi déclaré.

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le suspect se souvient de "flashs" dans lesquels il se revoit frapper l'enfant.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-