Violée à plusieurs reprises à 10 ans, une fillette se bat pour pouvoir avorter

Violée à plusieurs reprises à 10 ans, une fillette se bat pour pouvoir avorter

Publié le 16/05/2017 à 14:35 - Mise à jour à 14:54
© Philippe Huguen / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une fillette âgée de 10 ans a déposé une requête auprès de la plus haute juridiction d’Inde afin d’obtenir le droit d’avorter, même après avoir dépassé le délai légal 20 semaines de grossesse. Elle avait été violée par son beau-père.

Son beau-père l'a violée à plusieurs reprises lorsque sa mère, femme de ménage, était absente du domicile conjugal. Une fillette indienne de 10 ans, originaire du district de Rohtak dans l'Etat septentrional de Haryana, se bat pour pouvoir avorter selon la BBC.

La décision de pratiquer une interruption volontaire de grossesse est suspendue à la décision de la plus haute juridiction d'Inde et d'un collège de médecins. En effet, dans ce pays, les IVG ne peuvent être pratiqué au-delà de 20 semaines qu'à la condition que la vie de la mère ou de l'enfant à naître est en danger. Or, dans le cas de cette fillette, ce délai est dépassé d'une semaine si l'on se fit au témoignage de la victime qui s'est confiée à sa mère. La jeune fille reçoit depuis des soins médicaux et psychologiques.

Le beau-père achetait le silence de sa belle-fille par des menaces. Il a depuis été interpellé par les forces de l'ordre et emprisonné suite à une plainte de la mère.

De nombreuses associations de défense des droits des femmes militent pour l’autorisation d’avorter après avoir dépassé le délai légal de 20 semaines en Inde. Les défenseurs des droits des femmes militent pour prolonger ce délai à 24 semaines. Elles font notamment valoir que les victimes de viol prennent souvent du temps à dénoncer leur agresseur.

A noter que cette loi a été mise en place à la base pour lutter contre les avortements sélectifs selon le sexe du foetus et ainsi lutter contre le déséquilibre hommes-femmes en terme de population qui afflige l'Inde.  

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le beau-père achetait le silence de sa belle-fille par des menaces.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-