Violence conjugale - Pertuis: une femme de 50 ans frappée à mort, son compagnon ivre au moment des faits est en garde à vue

Violence conjugale - Pertuis: une femme de 50 ans frappée à mort, son compagnon ivre au moment des faits est en garde à vue

Publié le 19/09/2017 à 15:51 - Mise à jour à 15:56
© SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Lundi soir, une femme de 50 ans est morte sous les coups. Son compagnon, déjà connu des autorités pour des faits de violence conjugale a été placé en garde à vue et est le principal suspect.

Elle est morte sous les coups et son compagnon est accusé d'être l'auteur des gestes. Un homme a été arrêté et placé en garde à vue lundi 18 dans la soirée à Pertuis dans le département du Vaucluse. Il est soupçonné d'avoir frappé sa femme jusqu'à provoquer le décès de sa compagne.

Les faits se déroulent vers 20h15. Les pompiers sont appelés pour intervenir au domicile d'un couple de quinquagénaires où une femme serait blessée. Arrivés sur les lieux, les secours ne peuvent que constater le décès d'une femme de 50 ans. Son cadavre portait des traces de coups sur le visage et au niveau du dos.

Son compagnon est immédiatement arrêté. Un autre homme, présenté comme un ami du premier, était également présent sur les lieux et a été appréhendé.  

Selon les premiers éléments de l'enquête et des interrogatoires menés par les gendarmes de Pertuis, le second individu serait étranger à l'affaire. L'investigation s'oriente sur la piste d'un cas tristement banal de violences conjugales ayant entraîné la mort.

Le conjoint suspecté d'avoir porté les coups (mais qui reste présumé innocent) était connu des autorités pour des faits antérieurs de violence conjugale. Selon le procureur de la République, l'individu était en outre alcoolisé au moment des faits.

En 2016, 123 femmes (et 34 hommes) ont trouvé la mort dans le cadre de violences exercées par un conjoint, un ancien conjoint ou un amant. Cela représente donc toujours une moyenne qui semble inamovible de "un décès tous les trois jours".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme a été placé en garde à vue et est suspecté d'avoir porté les coups mortels.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-