Violence d'extrême droite à Nantes: la petite amie de l'un des suspects mise en examen pour avoir tenté d'intimider une des victimes

Violence d'extrême droite à Nantes: la petite amie de l'un des suspects mise en examen pour avoir tenté d'intimider une des victimes

Publié le 14/07/2017 à 14:21 - Mise à jour à 14:23
©Michael Coghlan/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une jeune femme d'une vingtaine d'années a été mise en examen mercredi par le tribunal correctionnel de Nantes pour subornation de témoin. Cela fait suite à la violente agression de deux jeunes hommes en mai dernier par quatre militants d'extrême droite.

La violence de l'agression qui s'était déroulée près de l'arrêt de tramway Du Chaffault, à Nantes, le  7 mai dernier avait choqué la population. Quatre jeunes militants d'extrême droite avaient été mis en examen pour "violences en réunion susceptibles d'entraîner une infirmité permanente et violences aggravées", au mois de juin pour avoir violemment passé à tabac deux jeunes de 18 et 16 ans.

Une étudiante en droit âgée d’une vingtaine d’années a été déférée au tribunal de Nantes, mercredi 12, pour subornation de témoin. La jeune femme, petite amie de l'un des suspects aurait eu une conversation téléphonique avec l’adolescent de 18 ans, alors hospitalisé. Elle aurait tenté de lui faire changer son témoignage en l’intimidant. Elle sera jugée en septembre et encourt 3 ans de prison ferme et 45.000 euros d'amende.

Le soir de l'agression, les deux victimes remontaient une piste cyclable à 50 mètres l'un de l'autre. Pour un motif politique un groupe de quatre personnes les ont alors agressés avec une violence ahurissante au niveau de l'arrêt de tramway du Chaffault. Les deux jeunes ne doivent leur salut relatif qu'à l'intervention courageuse d'un automobiliste et de son colocataire qui ont réussi à mettre en fuite les agresseurs et a appelé les secours.

"Mon frère souffre d’une fracture à l’arrière du crâne ainsi qu’une fracture aux niveaux du cou, nombreuses ecchymoses nez cassé il n’arrive pas à parler et a été hospitalisé en surveillance continue (sic)", avait fait savoir la sœur du plus gravement blessé sur un post Facebook où elle affichait le visage tuméfié de son frère (le message a été retiré). Le jeune majeur, victime de plusieurs fractures au visage, s'était vu notifier un an d'ITT. 

Les suspects, interpellés grâce à l'enquête des forces de l'ordre, ont membres ou sympathisants du GUD, une mouvance violente de l'extrême droite.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Elle aurait tenté de faire changer le témoignage de la victime en l’intimidant.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-