Violences conjugales: elle est battue pendant 56 ans, son mari condamné

Violences conjugales: elle est battue pendant 56 ans, son mari condamné

Publié le 09/03/2018 à 18:02 - Mise à jour à 18:20
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Pour avoir violenté sa femme pendant 56 ans, un homme de 81 ans a été condamné jeudi à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc. Lors de l'audience, l'octogénaire, qui a désormais l'interdiction de l'approcher, n'a cessé de nier les faits.

Il a fait vivre un calvaire à sa femme pendant 56 ans. Selon une information rapportée par Ouest-France, un homme de 81 ans a été condamné jeudi 8 à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc et ce, alors que se tenait la journée internationale des droits des femmes.

D'après la victime, qui a porté plainte en juin 2017 à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) grâce au soutien de sa fille, les violences conjugales ont commencé après la naissance de leur deuxième enfant et se sont empirées les années suivantes. "C'est un rustre. Il n'a jamais rien reçu, et jamais rien donné. Il me traitait de putain, en ricanant. Il se comporte comme un porc", a-t-elle expliqué en parlant de son mari alcoolique confiant toutefois qu'elle n'avait pas voulu séparer les enfants de leur père. "C'est pour ça que j'ai tout accepté", a-t-elle ajouté.

Lors de son procès, elle a raconté ce qu'elle avait enduré toutes ses années, confiant qu'elle recevait régulièrement "des coups de poing". Elle était également victime d'insultes, d'humiliations et de violences sexuelles. Elle a notamment raconté qu'une fois, son mari l'avait prise par le cou en lui disant "je vais te finir". "L'alcool a brisé ma vie", a-t-elle reconnu.

Lire aussi - En 2016, plus de 85.000 victimes ont déposé plainte pour violences conjugales

Reconnu coupable de violences conjugales, l'homme n'a cessé de nier tout au long de l'audience. Il a désormais interdiction de l’approcher. Elle, vit désormais dans un logement d'urgence et semble désormais heureuse: "Je fais du bénévolat, quatre jours par semaine. J'y trouve beaucoup de bonheur. J'aime les gens. Ils me le rendent".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un homme de 81 ans a été condamné jeudi 8 à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc pour violences conjugales.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-