Violences à la fac de Montpellier: le doyen et un professeur suspendus

Violences à la fac de Montpellier: le doyen et un professeur suspendus

Publié le 29/03/2018 à 09:41 - Mise à jour à 09:42
© SYLVAIN THOMAS / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé ce jeudi matin sur Franceinfo que le doyen de l'université de Montpellier, ainsi qu'un professeur soupçonné d'avoir frappé des élèves, avaient été suspendus, en attendant les conclusions de l'enquête suite aux violences perpétrées contre des étudiants grévistes jeudi dernier.

Accusé d'avoir porté des coups lors de l'agression par un commando d'hommes armés et cagoulés contre des étudiants grévistes qui occupaient un amphithéâtre de l'université, jeudi 22, le professeur en histoire de droit Jean-Luc Coronel de Boissezon, ainsi que le doyen Philippe Pétel, qui a démissionné, ont été placés mercredi 28 au soir en garde à vue.

Ce jeudi 29, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé sur Franceinfo que ces deux hommes avaient de plus étaient suspendus "suite aux premières conclusions de l'enquête administrative" menée par l'Inspection générale de l'administration de l'Education nationale et de la recherche.

Frédérique Vidal a ajouté que "la suspension d'un professeur d'université, ce (n'était) pas quelque chose qui se (produisait) tous les jours mais c'était nécessaire dans ce cas-là au regard des faits". Elle attend désormais les conclusions de l'enquête de l'Inspection générale, qui doivent lui être rendues à la fin de la semaine.

Lire aussi: tensions à la fac de Montpellier - un professeur ne nie pas avoir porté des coups

Une seconde enquête est menée en parallèle suite à l'ouverture, par le parquet de Montpellier, d'une procédure pour violences en réunion et avec arme.

La ministre, qui attend que "toute la lumière soit faite" et que "toutes les sanctions puissent être prises", a appelé à l'apaisement. Mais ce jeudi matin, une douzaine d'universités demeuraient bloquées en soutien aux victimes de ces violences, et aussi pour continuer à protester contre la réforme de l'accès à l'enseignement supérieur. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le doyen de la fac de droit de Montpellier, Philippe Pétel, et le professeur en histoire de droit Jean-Luc Coronel de Boissezon, ont été suspendus.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-