Violences à Saint-Denis: "les élèves sont choqués et ont peur", témoigne un prof du lycée Suger

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Violences à Saint-Denis: "les élèves sont choqués et ont peur", témoigne un prof du lycée Suger

Publié le 09/03/2017 à 16:24 - Mise à jour à 17:01
©Lcham/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Alors que huit mineurs doivent être présentés au juge ce jeudi, un professeur du lycée Suger évoque le traumatisme des élèves ainsi qu'une rupture du dialogue de la direction de l'établissement.

Deux jours après les heurts au lycée Suger, à Saint-Denis qui ont éclatés mardi 7, la pression reste intense dans l'établissement. Elèves et professeurs restent encore très marqués par cette matinée de violences, comme en témoigne Romain Testard, professeur de sciences économiques et sociales dans ce lycée.

Officiellement, les cours sont censés avoir repris, mais les salles de classe restent parsemées car beaucoup d'élèves ne sont pas revenus au lycée. "Nous passons l’essentiel de notre temps en réunion ou à discuter avec nos élèves. Ils sont choqués et ont peur", explique Romain Testard à 20 Minutes. Une peur légitime, puisque les professeurs sont bien obligés d'avouer leur impuissance à assurer la sécurité des élèves.

"Lundi, déjà, des élèves ont tenté de bloquer le lycée. Ils ont lancé des parpaings et des cocktails Molotov dans l’établissement. Nous étions sur nos gardes mardi car nous savions qu’ils avaient l’intention de recommencer", raconte –t-il. Selon lui, l'affaire Théo semble effectivement être le point de départ des émeutes dans le lycée, mais n'en ait pas la cause profonde: "ces violences, c’est une réaction aux discriminations quotidiennes que subissent ces jeunes issus des quartiers populaires. Le racisme, les taux de réussite plus faible aux examens, le chômage plus élevé qu’ailleurs".

Romain Testard dénonce une direction complètement dépassé par les événements et reviens sur les faits de mardi. "Lorsque les violences ont éclaté, la direction a déclaré avoir coupé l’alarme incendie pour pas +affoler+ les élèves avec un bruit strident dans le hall. Mais il y avait trois départs de feu dans les couloirs! Moi, j’étais dans ma salle de cours, c’est en entendant les cris des élèves que j’ai compris ce qu’il se passait. On a évacué dans la précipitation, rien n’était maîtrisé".

Ce professeur souhaiterait qu'un vrai dialogue s'installe entre la direction, les surveillants et les élèves. Pour le moment, il déplore la stratégie "tout sécuritaire" de la direction qui a par ailleurs indiqué qu'elle ne soutiendrait pas les élèves qui seront présentés devant les juges. Lui, pense au contraire que la justice devrait prendre en compte le contexte et la situation de ces "gamins".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Ces violences, c’est une réaction aux discriminations quotidiennes que subissent ces jeunes issus des quartiers populaires. Le racisme, les taux de réussite plus faible aux examens, le chômage plus élevé qu’ailleurs", indique Romain Testard.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-