Viols d'enfants en direct: le live-streaming pédopornographique explose

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Viols d'enfants en direct: le live-streaming pédopornographique explose

Publié le 18/06/2019 à 14:49 - Mise à jour à 14:56
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

La France s'inquiète de l'augmentation du live-streaming pédopornographique. Les autorités françaises participent à un séminaire pour lutter contre le phénonème à Singapour à partir de ce mardi 18.

Pour assouvir leurs fantasmes pervers, les pédophiles mettent de plus en plus à profit Internet et le phénomène inquiète les autorités. "Plutôt que de risquer de se faire attraper dans un pays étranger, de plus en plus d’entre eux regardent sur leur ordinateur, grâce à des logiciels comme Skype, des enfants être violés en direct", note le journal 20 Minutes.

Pour lutter contre ce phénomène la France en lien avec l’agence européenne de police criminelle Europol dans son programme Priority Child Sexual Exploitation (EMPACT), organise un séminaire international et technique dédié à ce thème à Singapour. Selon le FMI, cette pratique criminelle génère entre 3 et 20 millions de dollars de bénéfices par an.

Lire aussi - Pédophile, zoophile et voleur de sous-vêtements: il est accusé dans 200 affaires

Les pédophiles "vont donc commander sur Internet, par le biais de réseaux, d’intermédiaires, des viols d’enfants en direct. Les victimes, elles, se trouvent à l’étranger, dans des pays d’Asie du Sud-Est. Un rendez-vous est pris, un intermédiaire se trouve avec l’enfant et obéit à la personne derrière son écran. Un viol d’enfant entre 4 et 9 ans, ça coûte entre 30 et 100 dollars. Il y a une explosion de ce phénomène, notamment aux Philippines", a expliqué un policier spécialisé au quotidien. Certains exigent même un scénario précis, et commentent ce qu'ils voient.

"Les réseaux profitent des enfants des rues, des familles extrêmement pauvres. Ils font venir les victimes dans des appartements ayant une connexion à Internet et diffusent les images des viols en direct, par Skype généralement", a-t-il ajouté.

Pour autant, le tourisme sexuel pédophile à destination de l'Asie du Sud-Est se poursuit. L'arrestation à Besançon le 30 mars dernier d'un enseignant français expatrié en Asie du Sud-Est a provoqué une prise de conscience. L’homme vivait depuis le début des années 2000 en Malaisie. Il donnait des cours de langues et de sport à des jeunes à Singapour. C’est au contact de ses élèves que l’homme a fini par basculer –selon la police thaïlandaise– proposant de l’argent pour des faveurs sexuelles. Il filmait ses ébats et les mettaient en ligne.

Ce genre de production "permet aux réseaux de s’alimenter en images nouvelles. Derrière elles, ce sont autant d’enfants qui sont abusés. Les victimes sont de plus en plus jeunes. Parfois, elles ne sont âgées que de quelques mois".

Les participants de cette conférence souhaitent attirer l'attention des grands acteurs du numérique sur ce phénomène afin de voir comment leurs équipes pourront collaborer avec les enquêteurs. Des acteurs du secteur financier tels que PayPal, Western Union ou MasterCard, participeront également aux travaux du séminaire pour envisager les moyens de couper les flux financiers des réseaux pédopornographique.

Voir:

Pédophilie: 150 victimes dont un bébé, un réseau international démantelé

Soupçons de pédophilie: une enquête en cours après des images glaçantes

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La France s'inquiète de l'augmentation du live-streaming pédopornographique.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-