Volx: pour assassiner sa compagne, il sabote les freins de sa voiture

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Volx: pour assassiner sa compagne, il sabote les freins de sa voiture

Publié le 28/01/2018 à 12:29 - Mise à jour à 12:32
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme a tenté de tuer sa compagne en sabotant les freins de son véhicule à Volx dans les Alpes-de-Haute-Provence. Interpellé, il a été mis en examen pour tentative d'assassinat.

Le couple était en instance de séparation à cause de violences conjugales. Un homme de 35 ans, originaire de Volx dans les Alpes-de-Haute-Provence, a été interpellé vendredi 26 au matin car soupçonné d'avoir voulu tuer sa compagne. Présenté samedi 27 dans l'après-midi à un juge d'instruction à l'issue de sa garde à vue, il a été mis en examen pour tentative d'assassinat

Pour réaliser ses sinistres desseins, l'individu aurait volontairement saboté les freins de la voiture de sa compagne avec qui il était donc en train de se séparer Cette dernière s'est heureusement rendue compte de l'acte de malveillance alors qu'elle conduisait, avant qu'il ne lui arrive malheur, utilisant son frein moteur.

Lire aussi - Royaume-Uni: un homme soupçonné d'avoir saboté le parachute de sa femme

Elle s'est alors rapidement rendue chez un garagiste qui lui a confirmé que les câbles de freins de son véhicule avaient bien été volontairement sectionnés.

La victime du sabotage a déposé plainte à la gendarmerie, dans la foulée. Une enquête a été ouverte par le parquet de Digne-les-Bains et confiée à la brigade territoriale autonome de Manosque, appuyée par le Brigade de recherches de Forcalquier. Le suspect a été interpellé dans la foulée.

Une source judicaire citée par France 3 Provence-Alpes-Côte-d'Azur, qui révèle l'information, explique que lors de son audition par les forces de l'ordre, le mari a reconnu "la matérialité des faits mais conteste l’intention et le but". Et d'ajouter que "les faits se sont produits dans un contexte de séparation, faisant suite à des violences conjugales".

L'individu, s'il est reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, encoure la réclusion criminelle à perpétuité. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En sabotant les freins de la voiture de sa femme, le mari espérait la tuer.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-