Vosges: un enfant de 4 ans mort noyé après avoir échappé à la surveillance de sa garderie

Vosges: un enfant de 4 ans mort noyé après avoir échappé à la surveillance de sa garderie

Publié le 25/03/2017 à 11:53 - Mise à jour à 11:54
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un petit garçon de quatre ans seulement a échappé à la surveillance des personnes ayant sa charge dans une crèche de Charmes, dans les Vosges. Partant seul à l'aventure, il s'est noyé dans un canal.

C'est un drame épouvantable qui s'est abattu sur la commune de Charmes dans le département des Vosges. Vendredi 24 en effet, un petit garçon âgé de 4 ans seulement, a trouvé la mort en se noyant après avoir réussi à quitter la garderie où il passait la journée.

L'enquête devra faire la lumière sur les conditions exactes dans lesquelles le garçonnet a pu ainsi quitter l'établissement spécialisé dans la garde des petits et situé dans le bâtiment du centre social. Il était environ 16 heures en tout cas quand il aurait visiblement réussi à déjouer la surveillance des personnes en charge de sa surveillance et se serait aventuré dehors, en route vers un accident mortel.

Il est en effet tombé dans le canal du Battant, à proximité d'une zone réservée aux véhicules de camping-car. Un homme installé d'ailleurs sur cette aire a réussi à voir le petit corps dans l'eau et a courageusement plongé pour tenter de le récupérer. Il y parviendra 300 mètres en aval de la chute, risquant sans doute sa vie pour essayer d'arracher l'enfant à la noyade.

Hélas, il était déjà trop tard. L'homme essaiera, après avoir ramené l'enfant au bord, de lui prodiguer les premiers secours. Les pompiers de Capavenir-Vosges, puis le Samu d'Epinal se succèderont pour tenter de sauver la malheureuse petite victime. Mais leurs efforts seront vains, le bambin originaire de la commune de Chamagne sera déclaré mort à 17H30.

Une enquête a été ouverte par les gendarmes de brigade territoriale de Charmes pour comprendre ce qu'il s'est passé au moment de la tragédie.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les pompiers n'ont rien pu faire pour sauver la vie de l'enfant.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-